Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Étienne : face au redéploiement de soignants, un mouvement de grève vendredi à l'hôpital de La Charité

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le syndicat FO du CHU de Saint-Étienne, dans la Loire, appelle à un mouvement de grève et à un rassemblement de soutien, ce vendredi 14h à la Charité, face au redéploiement du personnel d'une aile de gériatrie. Il accuse la direction d'avoir mal anticipé les besoins, ce qu'elle réfute.

Un couloir d'hôpital (image d'illustration)
Un couloir d'hôpital (image d'illustration) © Maxppp - Le Pictorium/Maxppp

À peine ouverte, aussi vite refermée : sur le site de la Charité, à Saint-Etienne dans la Loire, l'aile R2 de gériatrie de court terme n'aura pas fait long feu. Mis en place le 28 juillet sur recommandation de Santé Publique France, ses 20 lits sont redéployés ailleurs. Un déni du travail effectué par les soignants, selon le syndicat FO, qui appelle à la grève. La direction du CHU conteste cette vision.

Seulement deux mois d'existence pour l'aile R2

La décision est tombée le 24 septembre, pour être appliquée le 2 octobre. Les 20 lits de l'aile R2, dédiée à la gériatrie à court terme sur le site de la Charité, sont redéployés dans d'autres ailes de gériatrie. Plusieurs dizaines d'aides-soignants et d'infirmiers s'y relayaient depuis l'ouverture, en juillet. Alexandre Charly, représentant syndical FO, dénonce la violence de cette annonce : "il n'y a pas eu de plan B, de concertation, c'est tombé comme un couperet, d'où la colère des personnels. Ils se sentent comme une quantité négligeable dans cet établissement."

L'annonce pourrait avoir un effet sur la motivation des personnels, selon lui. Du côté de la direction, Michaël Battesti, secrétaire général du CHU, reconnaît qu'elle peut être "déstabilisante", mais insiste sur le contexte sanitaire : "On doit s'adapter quasiment au jour le jour. Il a été décidé de regrouper les lits, pas d'en supprimer, afin de gérer au mieux la filière Covid et non Covid en gériatrie. Ce sont des décisions qu'on ne peut pas prendre des mois à l'avance."

Les questions de recrutement au cœur de la bataille entre la direction et le syndicat FO

Pour le syndicat Force Ouvrière, la direction a mal anticipé les besoins de personnel et décimé un service pour en renforcer un autre. Au contraire, Michaël Battesti indique que les soignants restent en gériatrie, mais dans d'autres ailes. Il ajoute par ailleurs que le CHU vient de recruter 10 personnes supplémentaires en temps plein au sein du service, et cherche toujours à recruter. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess