Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Saint-Jean : simulation de catastrophe pour les secouristes bénévoles de la Croix-Rouge

lundi 5 mars 2018 à 6:01 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie

Les bénévoles de la Croix-Rouge de Toulouse ont testé leur coordination samedi lors d’une simulation. Un exercice d’explosion au gaz lors d’un évènement sportif à Saint-Jean, dans le nord-est toulousain.

Les 80 secouristes bénévoles de la Croix-Rouge de Toulouse ont participé à un exercice samedi à Saint-Jean
Les 80 secouristes bénévoles de la Croix-Rouge de Toulouse ont participé à un exercice samedi à Saint-Jean © Radio France - Stéphane Garcia

L'Union, France

Un événement imprévu peut bouleverser une ville et ses habitants en quelques minutes. C'était le cas en 2001 avec l'explosion de l'usine AZF à Toulouse. Pour les secours il s’agit de savoir s'organiser, dans l'urgence, pour être le plus efficace. Et pour cela, il convient de s'entrainer le plus régulièrement possible, comme à l'espace René Cassin de Saint-Jean.

Une course contre la montre

Samedi, une violente explosion survient dans un centre d’hébergement de Saint-Jean, dans le nord-est toulousain. Bilan : trois morts et une trentaine de blessés. L’exercice peut commencer. Première mission des secouristes : faire le tri, évaluer les blessures. "On va d'abord identifier les victimes et leur mettre des bracelets : le noir pour les personnes décédés,le rouge pour les personnes en urgence absolue, le jaune pour les personnes ayant besoin de soins mais qui peuvent se déplacer et le vert pour ceux qui peuvent se déplacer sans aide" détaille Maéva.  C’est une course contre la montre qui est alors engagé tant les blessures peuvent être variées. "On va trouver des hémorragies, des objets qui sont rentrés dans les corps ou les effets du souffle de l'explosion qui souvent entraîne des hémorragies internes et donc pas visible directement" explique Vincent, chef de poste à la Croix-Rouge.

Chaque blessé est d'abord évalué par les secouristes avant d'être pris en charge - Radio France
Chaque blessé est d'abord évalué par les secouristes avant d'être pris en charge © Radio France - Stéphane Garcia

Coordonner l'action des secours

Ce qui est testé c'est aussi la capacité à organiser les premiers secours. 30 minutes plus tard les renforts arrivent. Il s'agit alors de prendre en charge ces victimes. Et d'assurer un soutien psychologique pour les personnes impliquées mais non blessées. "Une partie de l'équipe va alors prêter main-forte aux secouristes déjà sur place, l'autre va se charger de monter le Poste Médical Avancée pour prendre en  charge plus particulièrement les victimes et puis il y a aussi une autre mission qu'on appelle le C.A.I, le Centre d'Aaccueil aux Impliqués. Les personnes témoins mais pas impliquées" précise Fabrice Sicari, responsable local de Toulouse.

Une fois les renfort arrivés, un Poste Médical Avancé est mis en place pour faciliter l'accès aux soins et la gestion des blessés - Radio France
Une fois les renfort arrivés, un Poste Médical Avancé est mis en place pour faciliter l'accès aux soins et la gestion des blessés © Radio France - Stéphane Garcia

Les gestes sont réalisés sous les yeux de formateurs secouristes, qui vont scruter la moindre chose, évaluer ce qui fonctionne et les points à améliorer. Afin de faire face, de manière efficace, à tous types d'événements : inondations, accidents industriels, incendie de grande ampleur. Ils sont 800 bénévoles de la Croix-Rouge en Haute-Garonne (600 rien qu’à Toulouse). "On fait de plus en plus appel à nous, explique Fella Allal, président de la délégation de Haute-Garonne. Le contexte actuel est, qui plus est, particulier, il faut donc être le plus efficace possible, le plus rigoureux même si tous sont bénévoles et s'actualiser pour être prêt". L'association cherche des bras, simples bénévoles comme cadres, tout le monde est le bienvenue.

Exercice de la Croix-Rouge Toulouse : explosion dans un centre d'hébergement à Saint-Jean