Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Saint-Just-d'Ardèche : 1700 habitants et plus un seul médecin

lundi 28 décembre 2015 à 6:20 Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme Ardèche

Il y a un an et demi, il y avait trois médecins à Saint-Just-d'Ardèche, petite commune au sud de l'Ardèche. Depuis vendredi dernier, il n'y en a plus un seul. Ils ont tour à tour pris leur retraite et malgré tous ses efforts, le maire n'a pas réussi à trouver de successeur.

La maison médicale qui accueillait les 3 médecins de la commune
La maison médicale qui accueillait les 3 médecins de la commune © Radio France - Maxime Bacquié

Saint-Just-d'Ardèche, France

Depuis ce lundi, il n'est plus possible de se faire soigner à Saint-Just-d'Ardèche. Les 1734 habitants de la commune la plus au sud de l'Ardèche n'ont plus de médecin. Pourtant ils étaient encore trois il y a moins de deux, mais ils ont pris leur retraite, le dernier vendredi passé, et pour l'instant, la commune n'a trouvé personne pour le remplacer.

L'Ardèche, un désert médical

Une situation symbolique des déserts médicaux, dans les zones rurales. Avec moins de 250 médecins pour 100.000 habitants, l'Ardèche est d'ailleurs considéré comme un département à surveiller par le CNOM (Conseil National de l'Ordre des médecins). A Saint-Just-d'Ardèche, le maire Pierre-Louis Rivier a pourtant tout essayé pour trouver un successeur. "On a sollicité le département, la région via l'ARS (Agence Régionale de Santé), l'Ordre des médecins, les syndicats de médecins, sans résultat. On ne comprend pas, il y a tout ici, un cadre di vie agréable et une patientèle assurée.

Les jeunes médecins n'ont plus aucun intérêt à s'installer à la campagne

Pour Henri Bandini, le médecin qui s'est retiré vendredi dernier, c'est la faute aux pouvoirs publics. "Depuis trente ans ils ont créé des conditions qui font qu'aujourd'hui les jeunes médecins n'ont plus aucun intérêt à s'installer à la campagne. On récolte ce qu'on a semé." Il a lui aussi tenté de trouver son propre remplaçant, en publiant des annonces dans le journal des Médecins, mais il dit n'avoir reçu qu'un appel en un an.

"On va se soigner nous-mêmes!" Denis, un habitant inquiet