Santé – Sciences

Sainte-Montaine : des vacances uniques pour les aidants de malades

Par Michel Benoît, France Bleu Berry dimanche 17 septembre 2017 à 6:30

Cette résidence-vacances solognote accueille durant une semaine, chaque année, une vingtaine d'aidants, des proches de malades psychiques
Cette résidence-vacances solognote accueille durant une semaine, chaque année, une vingtaine d'aidants, des proches de malades psychiques © Radio France - Michel Benoit

Ils ont passé une semaine en Berry, près d'Aubigny-sur-Nère et repartent ce dimanche soir : une vingtaine d'aidants, des parents, des proches de malades souffrant de troubles psychiques ou psychiatriques ont pu décompresser une semaine entière à Sainte-Montaine dans une résidence vacances.

Depuis 2009, l'oeuvre Falret, une association qui prend en charge des malades psychiques, propose ces "vacances" dans le Cher. La charge d'aidant est souvent très lourde à porter. Ce séjour "Répit" permet de recharger les batteries. L'oeuvre Falret n'en organise que deux par an (l'autre en Rhône Alpes) et ce sont les seuls du genre en France. Il s'agit de vacances, mais attention pas question d'être inactifs. Des ateliers sont prévus pour aider ces aidants à mieux assumer leur rôle.

Catherine Savournin organise ces séjours répit pour l'oeuvre Falret, une association basée en région parisienne. - Radio France
Catherine Savournin organise ces séjours répit pour l'oeuvre Falret, une association basée en région parisienne. © Radio France - Michel Benoit

Le premier objectif est de se reposer. Le cadre, en pleine forêt solognote, incite bien sûr à la quiétude. Le matin, les aidants peuvent participer à un atelier Tai Chi, au bord du lac. Catherine Savournin, la responsable de ce séjour, explique voir les participants se transformer au fil des jours : "Ils arrivent le dos vouté, le regard triste. Ils sont parfois exténués. Ici, ils rechargent les batteries, et on les voit se redresser et sourire à nouveau." Roland vient de Marseille pour la 3eme année. Son fils souffre de schizophrénie et de troubles bipolaires. Ce répit de quelques jours lui fait du bien. Roland participe à plusieurs ateliers : " Là, je me suis inscrit à celui qui concerne la gestion du stress. je suis angoissé de nature et j'ai besoin qu'on m'apprenne à gérer ce stress. Mon fils n'est plus un enfant, il a quarante ans. Ce n'est pas facile de l'aider à se gérer, de rester calme quand il est en pleine crise." Roland participe aussi à un atelier sur la communication non violente.

Parfois, l'aidant ne fait plus la distinction entre la maladie et le malade. Ce stage enseigne des techniques, par exemple pour mieux communiquer avec un malade psychique. "On ne donne pas de recettes, mais on ouvre des portes. On part du vécu des participants pour essayer de leur expliquer comment procéder avec leur proche, malade." explique Catherine Savournin. Le soir, place à la détente. Les participants échangent également entre eux et se sentent alors moins seuls à porter ce fardeau de la maladie de leur proche. Des aides existent pour financer ce séjour répit d'une semaine en Sologne. Comptez environ 650 euros pour y participer. Tous les renseignements sur le site de l'oeuvre Falret.