Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Salaires : les oubliés du Ségur de la santé à l'hôpital de Navarre à Évreux

Des salariés de la maison d'accueil spécialisée du nouvel hôpital de Navarre à Évreux se sont réunis en assemblée générale ce jeudi après-midi. Exclus d'une revalorisation de salaire de 183 euros prévues dans le cadre du Ségur de la santé, ils se sentent humiliés.

Des salariés du Nouvel hôpital de Navarre à Évreux se sont réunis en assemblée générale ce jeudi 1er octobre
Des salariés du Nouvel hôpital de Navarre à Évreux se sont réunis en assemblée générale ce jeudi 1er octobre © Radio France - Laurent Philippot

Ils sont une vingtaine à discuter pendant près d'une heure des futures actions à tenir. La première, envoyer une motion au ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran. "Nous vous demandons de corriger immédiatement ce que nous considérons comme une injustice et même une humiliation" lit Éric Marre, infirmier et élu CGT au comité technique d'établissement de l'hôpital qui poursuit : "Nous refusons cette décision qui discrimine les structures du médico-social de la fonction publique hospitalière, qu'elles soient ou non rattachées à un centre hospitalier".

Nous voulons ces 183 euros d'augmentation. Si vous le faites pas, nous viendrons les chercher au ministère 

La motion est adoptée par 22 salariés qui actent aussi le fait d'organiser un barrage filtrant devant l'hôpital le jeudi 8 octobre de 7h30 à 8h30 et une journée de grève le 15 octobre. 

Les salariés se sentent humiliés

Après une reconversion professionnelle, Kisito Nnang est devenu aide-soignant. Il ne comprend pas pourquoi la revalorisation de son salaire n'est pas prévue par le Ségur de la santé,  à la différence de ses collègues qui travaillent dans les unités d'hospitalisation : "On a les mêmes employeurs, on a le même statut, on a les mêmes diplômes, on a les mêmes compétences" lâche-t-il. Patrick Waterlot, le directeur du nouvel hôpital de Navarre abonde : "Sur ces structures, on a beaucoup de personnels type aide-soignants qui ont déjà des salaires plutôt bas au sein de la grille de la fonction publique hospitalière". Éric Marre lui y voit "la volonté de l'État de se désengager de cette fonction médico-sociale et de filer ça à des associations  qui vont gérer ça avec les faibles moyens qu'elles ont"

Il y a une réelle iniquité de traitement entre agents hospitaliers - Patrick Waterlot, directeur de l'hôpital de Navarre

"Le décret qui vient de paraître concerne au sein de la fonction publique hospitalière les personnels du sanitaire et des Ehpad, à l'exclusion du médico-social" détaille le directeur de l'établissement. Cette différence de traitement entre agents de la fonction publique hospitalière pourrait "entraîner à terme des difficultés d’attractivité au niveau de la MAS voire des fuites" poursuit Patrick Waterlot qui croit savoir qu'un groupe de travail a été mis en place au ministre des Solidarités et de la Santé pour réfléchir à une solution pour les 28.000 agents concernés en France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess