Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Salmonelle : quelle part de responsabilité pour Lactalis et les producteurs ?

lundi 4 décembre 2017 à 18:23 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne et France Bleu

Plusieurs échantillons de lait infantile sont partis dans des laboratoires certifiés, trois jours après les soupçons de contamination à la bactérie salmonelle, dans l'usine Celia du groupe Lactalis à Craon. Entre producteurs et transformateurs, quelles sont les responsabilités de chacun ?

L'usine Celia à Craon en Mayenne
L'usine Celia à Craon en Mayenne © Maxppp - Maxppp

Craon, France

Après les soupçons de contamination aux bactéries salmonelles d'une vingtaine de bébés de moins de six mois dans huit régions de France, Lactalis vient d'envoyer des échantillons à des laboratoires pour les faire analyser. Depuis vendredi soir, douze lots de lait infantile, en poudre sous trois marques, ont été retirés du marché. Alors à qui la faute ? Y'a-t-il eu un problème sanitaire sur le site de transformation à Craon (l'usine Celia appartenant au groupe Lactalis) ?

"Sa contamination peut avoir lieu pendant la production mais aussi pendant la transformation"

Jean-Michel Yvard ne veut accuser personne. Le président de l'Organisation de Producteurs Lactalis Grand Ouest estime qu'il convient de n'accuser personne dans ce dossier. "Le lait véhicule des bactéries naturellement. Un lait contient des germes, qui sont traitées au niveau des usines et évalués aussi car lors des analyses d'échantillons sur chaque collecte, on évalue la contamination du lait" explique ce producteur. "Sa contamination peut avoir lieu pendant la production mais aussi pendant la transformation. La contamination peut se faire à différentes étapes de la filière ou à un autre moment. On ne pourra jamais obtenir un protocole qui garantisse zéro défaut. Aujourd'hui, il ne faut pas tomber dans l'excès même si je comprends l'inquiétude des parents. Le risque zéro d'incidents n'existe pas" affirme Jean-Michel Yvard.

"La contamination du lait peut se faire à différentes étapes de la filière ou à un autre moment"

Président du groupement des producteurs Lactalis à Craon pendant 17 ans, Léandre Georget a visité l'usine Celia avec la direction il y a plusieurs années. Il a lui-même rencontré trois fois Emmanuel Besnier, héritier du groupe Lactalis. D'après cet ancien professionnel, il est très peu probable que la responsabilité des éleveurs et des producteurs soit pointée du doigt dans cette affaire de soupçons de contamination car le lait français est d'après lui le lait le plus contrôlé de l'Union européenne. "Cela fait plusieurs décennies que l'on travaille dans une démarche de qualité du lait, que celui-ci est contrôlé à la ferme et à chaque collecte. Les éleveurs apportent aussi le plus grand soin à leur élevage en matière de traite, en matière d'hygiène et surtout en matière de traçabilité avec les registres d'élevage" déclare Léandre Georget.

"Les éleveurs apportent aussi le plus grand soin à leurs élevages en matière de traite"

Pour l'heure, Lactalis explique que "la bactérie est bénigne mais prise au sérieux". Le numéro vert mis en place par le groupe, pour répondre au questions des parents est le 0800.120.120.

Les consommateurs : "cela serait bien que les usines ouvrent leur portes"