Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Salon aéronautique du Bourget : comment concilier plus d'avions et moins de pollution ?

-
Par , France Bleu

Le 53e salon aéronautique du Bourget, près de Paris ouvre ses portes ce lundi. Cette année, le contexte est spécial : le trafic aérien continue d'augmenter et en même temps les inquiétudes pour l'environnement sont plus fortes que jamais.

Pour être à la fois écolo et économe : la bon choix c'est la classe eco.
Pour être à la fois écolo et économe : la bon choix c'est la classe eco. © Maxppp - Leon Tanguy

Ce lundi le salon aéronautique du Bourget, près de Paris ouvre ses portes aux amoureux des avions. Une 53e édition avec une équation compliquée à résoudre :  il y a de plus en en plus d'avions dans le ciel. Et en même temps, la planète va de plus en plus mal. Au point que certains - les Suédois en tête - disent vouloir arrêter de voyager en avion.  

L'avion est vraiment si polluant que ça  ?  

Par rapport aux autres moyens de transport, c'est le plus polluant si on compare les émissions de CO2 par voyageur sur 1 km. L'avion en émet 45 fois plus qu'un trajet en TGV. Et 13 fois plus qu'en voiture. Les avions émettraient 2 à 3% du CO2 mondial. Un chiffre contesté par les ONG qui évaluent plutôt ça à 5 %. Voire bien plus car l'avion ne dégage pas que du CO2. Il rejette aussi d'autres gaz à effet de serre comme l'ozone et aussi des cirrus, des nuages de haute atmosphère qui ont un gros effet réchauffant. 

La solution ? Des avions plus sobres et moins polluant. Les compagnies aériennes y travaillent depuis 10 ans. Mais 1,5% de mieux par an face à 3,5% de trafic en plus chaque année, on voit bien que ça ne fait pas le poids. Donc, la seule issue, c'est de ne plus prendre l'avion comme on prendrait le bus.

Comment peut-on voler sans trop polluer ? 

D'abord, on choisit des vols sans escales. Car chaque décollage, atterrissage et ballade sur les pistes augmentent la consommation de kérosène. On prend aussi le minimum de bagages pour ne pas alourdir l'avion : le poids fait grimper les besoins en carburant. Côté siège, le mieux c'est la classe éco. Logique : plus il y a de monde plus ça diminue le volume de CO2 par passager. 

L'avion lui-même est important aussi : plus il est récent moins il est glouton en carburant. Et on peut même aller plus loin en choisissant sa compagnie aérienne en fonction de ses performances vertes. Sur internet, il existe des classements faits par les ONG. 

Histoire d'être cohérent avant de s'envoler, on va à l'aéroport plutôt en transport en commun que tout seul dans sa voiture.  Et au retour, on compense le carbone émis par son vol. En donnant quelques dizaines d"euros à des associations pour financer des projets écolo comme par exemple la reforestation.

Les ONG et de plus en plus d'experts demandent aussi aux Etats d'imposer des règles plus strictes au secteur aérien et lui faire payer le vrai prix de sa pollution.