Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Samu : le 15 de Seine-Saint-Denis menace d'une grève pour Noël

vendredi 21 décembre 2018 à 5:36 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Les agents du 15 de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour lundi 24 décembre. Ils dénoncent le manque d'effectif pour répondre aux nombreux appels au Samu dans le département et demandent la création de dix postes.

Un véhicule du SAMU (illustration)
Un véhicule du SAMU (illustration) © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Les agents du 15 seront-ils en grève le soir de Noël en Seine-Saint-Denis ? Les agents qui répondent au téléphone pour les appels d'urgence au SAMU du 93 ont déposé un préavis de grève pour lundi 24 décembre. Ils dénoncent leur conditions de travail et réclament des créations de poste pour faire face à l'augmentation des appels. La gréve ne serait évidemment que symbolique, les agents seront assignés.

Des temps d'attente de 3 à 4 minutes

En Seine-Saint-Denis, le service qui répond aux appels au 15 compte 42 équivalents temps plein (ETP). La CGT a déposé un préavis de grève pour lundi, demandant la création de 10 postes afin de faire face à l'afflux d'appel. "Pour répondre à 235 000 appels par an, en permanence, on est 5 et c'est largement insuffisant" estime Raphaël Thimon, assistant de régulation médicale au 15 de Seine-Saint-Denis, basé à l'hôpital Avicenne de Bobigny et délégué syndical CGT. 

"C'est insupportable d'imaginer des gens attendre alors qu'ils ont potentiellement une urgence"

ECOUTER - Raphael Thimon, délégué CGT au Samu du 93

"Il suffit qu'un collègue aille boire un café ou aux toilettes et vous avez une file d'attente de 2, 3 ou 4 minutes : c'est insupportable d'imaginer des gens attendre alors qu'ils ont potentiellement une urgence" ajoute-t-il. "Il est évident qu'il y a eu des décès à cause du manque de personnel mais on ne peut pas le quantifier" estime Pierre Landré, médecin régulateur du Samu depuis 38 ans, à Bobigny. 

ECOUTER - Pierre Landré, médecin régulateur au Samu 93

"Il y a beaucoup de gens qui relèvent de la médecine générale qui nous appellent, parce qu'ils ne trouvent pas de médecin en ville" explique le médecin qui a vu l'activité fortement augmenter. La CGT assure avoir participé à une réunion avec la direction de l'hôpital pour faire valoir ses revendications, sans propositions jugées satisfaisantes pour le moment.