Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sans surprise, les pisseurs volontaires de l'Indre ont eux aussi du glyphosate dans leurs urines

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Berry

C'était la première campagne du genre dans l'Indre. Des volontaires ont donné leurs urines à analyser pour y démontrer la présence de glyphosate. Ils ont reçu les résultats ce mercredi, et c'est effectivement le cas.

Les volontaires ont présenté les résultats des analyses lors d'une conférence de presse.
Les volontaires ont présenté les résultats des analyses lors d'une conférence de presse. © Radio France - Maïween Bordron.

Ils ont reçu leurs résultats, et ils ne sont pas bons. En avril dernier, 69 habitants de l'Indre avaient donné leurs urines, dans le cadre d'une opération organisée par le collectif "Campagne glyphosate 36", qui regroupe la Confédération paysanne 36, Vigilance OGM 36 ou encore Indre Nature. Et sans surprise, il y a du glyphosate dans leurs urines.

Des taux de 0,08 à 2,274 nanogrammes par millilitre d'urine

"J'ai 0,841 nanogrammes par millilitre d'urine" confie Sophie, une des volontaires, qui vient juste d'ouvrir l'enveloppe avec les résultats. Si à ce jour il n'y a pas de seuil de référence fixé par les pouvoirs publics, ce taux a de quoi inquiéter. "Je ne suis pas dans les taux les plus élevés, mais c'est quand même trop."

Le taux le plus bas relevé pour cette campagne de prélèvement est de 0,08 nanogrammes par millilitre d'urine. Il est de 2,274 pour le plus élevé. "J'ai du mal à comprendre", explique Murielle qui a de son côté un taux de 0,318 nanogrammes. "Je ne vis pas dans une zone où il y a des épandages alors je me demande d'où ça vient. Est-ce que c'est dans l'eau ? Est-ce que des jardiniers en utilisent à côté de chez moi ? J'ai plein d'interrogations."

Les volontaires vont porter plainte

Les résultats de Monique, une Castelroussine de 74 ans, sont encore plus surprenants. Elle a 0,288 nanogrammes et elle non plus ne comprend pas d'où ça vient. "Ça m’inquiète parce que c'est à mon insu, ce n'est pas une erreur d'alimentation puisque je mange Bio à 80%."

Les volontaires comptent bien porter plainte. Elle sera déposée à l'automne par les organisations du collectif qui est à l'origine de cette campagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess