Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Sans vaccin, pas de retour à la normale possible" selon la directrice de l'Ehpad de Saint-Jean-Bonnefonds

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La Haute-Autorité de Santé vient de donner un avis pour la vaccination contre le coronavirus. Compte tenu du nombre limité de doses, elle préconise de vacciner d'abord les personnes âgées en Ehpad et leur personnel. Un avis bien accueilli par Frédérique Bouzard, directrice à Saint-Jean-Bonnefonds.

Une infirmière bénévole vient faire faire un test dans un EHPAD (image d'illustration).
Une infirmière bénévole vient faire faire un test dans un EHPAD (image d'illustration). © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Les personnes âgées résidant en Ehpad et les soignants de ces établissements d'abord : voilà les deux catégories qu'il faut cibler en priorité pour la vaccination contre le coronavirus, selon la Haute Autorité de santé. Une recommandation bien accueillie par Frédérique Bouzard, directrice de l'Ehpad de Saint-Jean-Bonnefonds, dans la Loire.

Le vaccin, une porte de sortie après un an de pandémie ?

À ses yeux, le vaccin est tout simplement la porte de sortie que tous attendent, "si on veut que nos résidents reprennent une vie normale et que les familles reviennent de manière plus simple." La directrice assure que certains résidents sont d'ores et déjà volontaires pour cette campagne de vaccination : "Ils sont demandeurs : ils disent 'On sera tranquilles après, on pourra voir nos familles'". 

Seul bémol aux yeux de Frédérique Bouzard : "On attend d'être sûrs que tout soit bien validé et que tout soit sécurisé au niveau des vaccins. Si on a des bons taux de couverture, pour nous c'est un vrai signe d'espoir. L'épidémie a commencé en mars, ça va faire un an que ça dure, que nos résidents ne vivent plus, on aspire tous à un retour à la normale. Sans le vaccin, je ne vois pas comment faire."

Le collectif Ehpad Familles 42 se montre très prudent à l'annonce de la recommandation. L'une de ses membres redoute que les résidents soient pris "pour des cobayes, pour un vaccin dont on ne connaît pas la fiabilité. Auront-ils le droit de choisir ou non d'être vaccinés ?" Une question dont le collectif va discuter avec Terre d'Ethique ce jeudi, comité d'éthique sur le territoire de la Loire.

En attendant le vaccin, des tests antigéniques fréquents au sein de l'Ehpad

En attendant cette porte de sortie, les soignants de l'Ehpad La Roseraie sont dépistés toutes les semaines, voire plus si soupçons de contamination, grâce à des tests antigéniques. Durant la deuxième vague, l'établissement a été durement touché par le virus : "26 résidents ont été contaminés, et des soignants aussi, souligne Frédérique Bouzard. Nombre d'entre eux étaient asymptomatiques."

Pour ne pas revivre cette situation, le personnel se plie donc de bonne grâce à ce rituel un peu lourd. "Certains d'entre nous ont été testés sept, huit fois, détaille Frédérique Bouzard. Mais c'est le seul moyen d'avoir un environnement sain. Nous demandons aussi aux kinés qui interviennent au sein de l'Ehpad de se faire tester."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess