Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Santé : 11 vaccins au lieu de 3 pour les enfants, vraie révolution?

lundi 8 janvier 2018 à 6:01 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

En fait ces 11 vaccins étaient jusqu'ici "recommandés" par les médecins et pédiatres, aujourd'hui ils sont obligatoires pour tous les enfants nés depuis le 1er janvier 2018. C'est pour cela que plus de 70% de nos enfants sont vaccinés.

Illustration
Illustration © Maxppp - Claude Cortier

Mayenne, France

3 vaccins étaient donc obligatoires, le fameux DT polio pour diphtérie, tétanos et poliomyélite. 8 autres sont donc désormais obligatoires pour tous ceux qui deviendront parents, car il n'y a pas de rétroactivité. Aujourd'hui il faut rajouter les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la coqueluche, l'hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C et la méningite. 

Monter au créneau des anti-vaccins 

Dès que la Ministre de la Santé a annoncé cette mesure, des parents et des associations ont lancé des pétitions pour faire plier le Gouvernement, mais la nouvelle loi est passée. Une très bonne chose pour le docteur Luc Duquesnel, médecin généraliste à Mayenne et président national du syndicat de médecins "Les Généralistes CSMF" : "La rougeole ou encore les oreillons sont des maladies qui réapparaissent, et qui peuvent avoir des conséquences dramatiques avec des enfants qui peuvent avoir des infirmités à vie. Les gens oublient que certaines maladies ont disparu parce que le vaccin est devenu obligatoire comme la polio. "

Ceux qui ne se font pas vacciner ne courent pas de grands risques car ils oublient que ceux qui les entourent, eux , sont vaccinés ! le docteur Luc Duquesnel

Pas de vaccins, pas de place en collectivité

Si les parents ne font pas vacciner leurs enfants, ils ne pourront pas les inscrire ni à la crèche, ni à l'école. Des contrôles auront lieu dès le 1er juin prochain justement dans les crèches pour vérifier les carnets de santé des enfants, en sachant que toute la période de vaccination s'étend sur 18 mois (10 vaccins en tout avec les rappels). Pas de question de déroger à la règle même si des parents sont tentés de demander de faux certificats de contre-indication à la vaccination. En première ligne, il va y avoir les maires, car l'inscription en crèche ou à l'école ça se fait obligatoirement en mairie, la mairie qui demande nécessairement une preuve que les vaccins sont à jour. A Château-Gontier, le maire Philippe Henry va même plus loin : " on a un médecin de la PMI, de la protection maternelle et infantile, qui passe toutes les semaines dans la crèche de la ville qui accueille une 40aine d'enfants. Il est même habilité à faire les vaccins aux enfants pour les parents qui le souhaitent. Si un parent ne veut pas faire vacciner son enfant, et bien cet enfant sera exclu." 

Certains parents dénoncent un manque d'information

Emmanuelle a 40 ans, elle est la maman de deux petites filles de 6 mois et 3 ans, et bien cette maman reconnait qu'elle est bien incapable de citer les 11 vaccins aujourd'hui obligatoires. Et pourtant elle en a parlé avec son médecin, qui lui a conseillé de les faire faire à ses filles, alors elle va le faire, sans se poser vraiment de question, "Je fais confiance à mon médecin de famille" assure cette maman.