Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Désertification médicale : Notre système de santé est à l'agonie dit un député sarthois

-
Par , France Bleu Maine

"Nous nous sommes tant trompés". C'est le titre du nouveau livre de Jean Carles Grelier. Le député de la Sarthe fustige la politique de santé menée depuis 25 ans en France. Une logique comptable qui, selon lui, a conduit notre système de santé au bord du gouffre.

En Sarthe, le nombre de médecins généralistes ne cesse de chuter. Il est aujourd'hui de 6 pour 10 000 habitants
En Sarthe, le nombre de médecins généralistes ne cesse de chuter. Il est aujourd'hui de 6 pour 10 000 habitants © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Le Mans, France

"Il n' y a plus rien qui fonctionne". Jean-Carles Grelier ne mâche pas ses mots lorsqu'il évoque les problématiques de santé, notamment en Sarthe. " C'est devenu compliqué de trouver un médecin généraliste. Pour un spécialiste, Il faut plus de 9 mois pour obtenir un rendez vous en ophtalmologie, en cardiologie etc..."liste le député de la 5e circonscription de la Sarthe, apparenté Les Républicains, auteur d'un livre blanc sur la santé en 2018." C'est devenu compliqué d'avoir un rendez vous pour un examen complexe, pour un scanner ou une IRM. C'est devenu compliqué de faire fonctionner l'hôpital public qui ne tient débout que grâce au courage de ses personnels. C'est devenu compliqué de maintenir des officines de pharmacie dans nos campagnes. Il y a 200 fermetures par an depuis 3 ans. Il y a plus d'un tiers des cliniques privées qui sont dans le rouge. Voilà la situation de notre système de santé aujourd'hui".

Selon Jean Carles Grelier, le système de santé en France est à bout de souffle

12% des patients sarthois se retrouvent sans médecin traitant

Le premier échelon du système de santé, c'est le médecin généraliste.  Selon les chiffres de l'Adops-72 (Association Départementale pour l’Organisation de la Permanence des soins des Médecins Libéraux de la Sarthe), la Sarthe est passée sous le seuil de 6 Médecins pour 10 000 Habitants avec ses 331 médecins généralistes. Il étaient 436 en 2010. Et la majorité n'est pas loin de l'âge de la retraite. Comment faire pour stopper cette érosion ? " La première des difficultés, c'est qu'il faut former des médecins. On forme moins de médecins généralistes qu'il n'y a de départ à la retraite et donc on exacerbe la concurrence entre les communes, les territoires, entre ceux qui peuvent payer et les autres" constate Jean Carles Grelier. Le député sarthois est favorable à la suppression du numerus closus mais ce n'est pas suffisant. " Pour rendre la médecine généraliste attractive, il faut mieux rémunérer les praticiens. Je ne comprends pas pourquoi une consultation est payée 25 euros alors que pour les spécialistes, c'est 45 euros. Alors on va me dire, le trou de la Sécu etc... Oui mais la population vieillie et elle ne vieillit pas en bonne santé. Pour l'espérance de vie à partir de 65 ans, la France se classe 23e sur 27 dans l'Union européenne". Il faut aussi changer la sociologie des médecins affirme Jean Jacques Grelier. "Aujourd'hui, on recrute des jeunes avec un très haut niveau scientifique avec une appétence de faire de la recherche, de la médecine de très haut niveau. Il faut peut être aussi ouvrir les facultés de médecine à des jeunes qui sont peut être un peu moins performants scientifiquement mais qui auraient l'empathie suffisante pour redessiner ce qui a été longtemps la médecine de famille dans les territoires".     

Pour le député sarthois, il faut mieux recruter et mieux former les médecins généralistes

Jean Carles Grelier, député de la 5e circonscription de la Sarthe, apparenté Les Républicains. Il est l'auteur du livre "Nous nous sommes tant trompés" - Maxppp
Jean Carles Grelier, député de la 5e circonscription de la Sarthe, apparenté Les Républicains. Il est l'auteur du livre "Nous nous sommes tant trompés" © Maxppp - Thomas Padilla/MAXPPP

Une logique comptable dépassée et mortifère

La possibilité pour les pharmaciens de vacciner est une bonne chose pour jean Carles Grelier. " Il faut qu'on imagine un partage des tâche à l'échelle des territoires".  Ce qui permet aussi de soulager les médecins car un généraliste par commune, c'est terminé aujourd'hui." Quand j'ai été élu maire de la Ferté-Bernard en 2001, il y avait 14 médecins généralistes, il en reste 5". Reste à financer le système. Et sur ce point, le député sarthois n'est pas tendre avec l'action des gouvernements qui se sont succédé depuis 25 ans. "Il ne faut pas avoir seulement une lecture comptable de la médecine". Même s'il reconnait qu'on ne peut pas laisser courir les déficits, Jean Carles Grelier estime qu'il faut se donner les moyens de réformer un système de santé à bout de souffle. "Pour les cinq prochaines années, il faut une loi de programmation de santé comme on l'a fait pour les forces armées. Concentrer pendant cinq ans les moyens sur la santé pour la remettre à flot et profiter de ce délai de cinq ans pour trouver d'autres sources de financement". Parmi les pistes avancées par Jean Carles Grelier : imaginer une taxe sur les transactions sur internet.  

Jean-Carles Grelier souhaite que l'Etat concentre une partie de ses moyens sur l'amélioration et la réforme de son système de santé

Le livre de Jean Carles Grelier, Nous nous sommes tant trompés, sortira le 15 janvier aux éditions du Rocher. Prix : 16.90 euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu