Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Santé : à Châteauroux, la clinique privée ne connaît pas la crise

-
Par , France Bleu Berry

À Châteauroux, la clinique privée Saint-François est en pleine expansion. Une bonne santé qui contraste avec celle de l'hôpital public, en crise depuis plusieurs mois.

La clinique Saint-François à Châteauroux
La clinique Saint-François à Châteauroux - Capture d'écrans Google Maps

Elle n'est qu'à deux kilomètres du centre hospitalier, pourtant un monde les sépare. Alors que l'hôpital public est embourbé dans une crise depuis près d'un an désormais, le secteur privé, sans grande surprise, se porte très bien, et la clinique Saint-François de Châteauroux en est un exemple. 

"De nouveaux praticiens nous rejoignent"

Avec 110 places, elle accueille la plupart des spécialités (digestive, orthopédie, urologie, ophtalmologie, dentaire). Depuis fin 2018, Saint-François tournait en sous-régime, le temps de se moderniser et de "passer de la clinique du siècle dernier à la clinique d'aujourd'hui", note Alain Carrié, le directeur de l'établissement. La clinique a notamment pris le fameux "virage ambulatoire", qui consiste à laisser sortir les patients dès la fin de leur opération, ou quelques jours après, plutôt que de les faire rester une ou plusieurs nuits. 

À présent, la clinique a entamé une nouvelle phrase : "très clairement, après une phase d'amaigrissement, nous sommes dans une phase de rééxpansion. Nous augmentons notre attractivité avec de nouveaux praticiens qui nous rejoignent." En plus des médecins titulaires, plusieurs orthopédistes viennent quelques jours par semaine pour renforcer l'offre, notamment depuis Paris et la Tunisie. La clinique a aussi de nouveaux projets qui sortent de terre. 

Alain Carrié, directeur de la clinique Saint-François - Aucun(e)
Alain Carrié, directeur de la clinique Saint-François - Lisa Guyenne

Renforcer la prise en charge de l'obésité et du sommeil

Le 12 mars, un hôpital de jour spécialement dédié à l'obésité va ouvrir ses portes. "Aujourd'hui, nous faisons de la chirurgie bariatrique, mais elle n'est pas suffisante. Il faut y adosser une partie médicale, de l'éducation thérapeutique, et c'est l'ensemble de ce parcours que nous ouvrirons le mois prochain", précise Alain Carrié. En Centre-Val-de-Loire, 17% des habitants souffrent d'obésité, et presque un quart des adolescents. 

Autre projet en cours : la création d'une "clinique du sommeil". "Il n'existe pas de clinique du sommeil ailleurs qu'aux CHU de Tours, Poitiers et Limoges. Donc il y a un territoire d'environ 500 000 habitants dépourvu d'une offre. Or le sommeil est une problématique extrêmement importante, et on est en train de se rendre compte que ça a beaucoup de conséquences, notamment en matière de maladies cardiovasculaires." Une manière aussi de faire revenir les habitants dans les cliniques de proximité, alors que 40% des Indriens se soignent ailleurs que dans l'Indre, selon le directeur.

Un déménagement d'ici 2025 ?

Enfin, l'hypothèse d'un déménagement de la clinique est dans les cartons depuis une dizaine d'années. Cela pourrait se faire, confirme la direction : "Nous considérons que la période 2020-2021 est consacrée à l'étude du projet. S'il y a une décision de construction, ce ne sera pas avant 2022-2023, pour un projet qui verrait le jour fin 2024." Avant cela, il faut que ce projet soit en adéquation avec le projet territorial de santé. Et seulement "si la réalité financière le permet". En attendant donc, on est encore très loin d'un projet concret.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu