Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ségur de la santé : en Dordogne l'hôpital Vauclaire réclame des augmentations

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

Une centaine de salariés du Centre hospitalier de Vauclaire, à Montpon-Ménestérol, se sont rassemblés ce jeudi pour signifier leur mécontentement. Ils réclament une revalorisation pour les 70 travailleurs de la Maison d'accueil spécialisé (Mas), oubliés par le Ségur de la santé.

130 personnes se sont mobilisées ce jeudi au Centre hospitalier Vauclaire.
130 personnes se sont mobilisées ce jeudi au Centre hospitalier Vauclaire. - Bruno Sastre

À Montpon-Ménestérol, 130 employés, d'après les organisateurs du rassemblement, du Centre Hospitalier de Vauclaire se sont retrouvés ce jeudi entre 13h30 et 14h30 devant la Maison d'accueil spécialisé (Mas). Ils sont mobilisés contre les mesures du Ségur de la santé. Ces accords réalisés en juillet entre plusieurs syndicats (FO, CFDT, UNSA) et le ministère de la santé, ont permis une revalorisation des acteurs des métiers du soin de 183 euros d'ici la fin de l'année.

Mais certains ne profiteront pas de cette augmentation. Au centre hospitalier de Vauclaire, 70 personnes qui travaillent à la Mas, accolée à l'hôpital, sont oubliées. C'est une "injustice", d'après Bruno Sastre, secrétaire général de la CGT, à l'initiative du rassemblement : "Ces oubliés ont été concernés par la crise du Covid autant que les autres, en exerçant les mêmes métiers. Il faut qu'il y ait un sentiment d'égalité entre tous les employés d'une même structure. "

Des hospitaliers épuisés

De plus, la hausse de 183 euros ne satisfait pas le syndicat, qui aurait préféré 300 euros, afin de revenir dans la moyenne européenne des salaires du secteur. Une lettre a été envoyée au Premier ministre et une pétition circule également.

La première vague de coronavirus et les conditions de travail difficiles ont fatigué les hospitaliers, dans toute la France. Chaque année il y a des mobilités entre les travailleurs de la Mas et de l'hôpital. "Cela crée un sentiment d'inégalité qui entraîne une situation mal vécue par l'ensemble des personnels, soumis à des rémunérations inégales, souffle le syndicaliste. Cela engendre colère et démotivation."

Face à la grogne, Olivier Véran, le ministre de la Santé a tenté de rassurer les travailleurs liés au soin : "Tenez-bon, on est avec vous, a-t-il déclaré. Merci pour votre action, on y arrivera". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess