Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Santé: le prix des consultations longues et complexes augmente chez les médecins généralistes

mardi 31 octobre 2017 à 20:39 Par Vianney Smiarowski, France Bleu Paris

Parmi les changements au 1e novembre, il y a la hausse du prix de certaines consultations chez les médecins généralistes, celles dites longues ou complexes. Désormais elles seront facturées 46 euros ou 60 euros.

Le prix des consultations longues et complexes est revu à la hausse
Le prix des consultations longues et complexes est revu à la hausse © Maxppp - Luc Nobout

Paris, France

Après la hausse du prix de la consultation chez les médecins généralistes en mai dernier de 23 euros à 25 euros, certaines consultations seront désormais facturées plus chères, 46 euros ou 60 euros. "Ce n'est pas normal parce que les soins ne seront plus accessibles pour tout le monde. Peut-être que certaines personnes n'iront pas chez le médecin parce qu'ils n'ont pas les moyens" estime Lilia, une parisienne croisée dans le 18eme arrondissement de Paris. "Moi je trouve que c'est justifié parce que pour le travail qu'ils font, les médecins prennent le temps et je trouve que 25 euros la consultation ce n'était pas assez. C'est comme tout, quand on veut de la qualité, il faut mettre le prix" rétorque Laure, mère de trois enfants. Elle est donc directement concernée par ces augmentations, comme les trois consultations obligatoires du nourrisson par exemple.

Les consultations à fort enjeux de santé publique

"La première consultation qui est majorée c'est ce qu'on appelle les consultations de santé publique qui touche essentiellement l'enfant. C'est à dire les examens obligatoires du 8ème jour, du 9ème mois et du 24ème mois. Vous avez également des visites pour surveiller l'évolution du poids de l'enfant quand il y a un risque de surpoids. Ces consultations sont majorées puisque c'est un acte médical d'examen mais également un acte de prévention et de surveillance pour l'enfant. Ce sont des actes qui peuvent être réalisés en tiers payant, ils sont entièrement pris en charge et donc cela ne représente pas un supplément pour le patient qui ne peut pas payer. Il y a un dernier acte tout à fait particulier qui est la consultation chez la jeune fille de 15 ans à 18 ans qui va lui permettre d'évoquer ses difficultés, éventuellement son souhait de contraception et là encore cette visite est prise en charge intégralement et elle peut même être anonymisée pour qu'il y ait une totale discrétion" précise le docteur Marie-Laure Alby, du syndicat MG France, principal syndicat de médecins généralistes.

Parmi les consultations majorées on retrouve notamment l'annonce d'une maladie grave comme un cancer ou le VIH par exemple. Il y a aussi le suivi des maladies neurologiques comme Alzheimer ou Parkinson par exemple. Au total, une trentaine de motifs sont concernés par ces augmentations.

Possibilité d'appliquer le tiers payant

L'une des craintes des usagers c'est que le tiers payant ne soit pas appliqué et donc qu'ils soient obligés d'avancer une partie des frais de santé. Mais sur ce point, MG France souhaite rassurer "la plupart de ces actes, soit ils sont au tarif opposable et donc totalement remboursés, c'est le cas des actes de prévention de l'enfance, soit ils concernent des gens qui ont une maladie qui les exonère du ticket modérateur donc on retrouve le tiers payant sur la partie sécurité sociale qui elle marche très très bien. Il faut que les gens prennent les évolutions positives et là ces augmentations de tarifs correspondent à un travail qui est fait" explique le docteur Marie-Laure Alby. Ces augmentations permettent aussi de rendre le métier de médecin généraliste plus attractif et donc d'attirer plus de jeunes médecins.