Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Santé : Malaise aux Urgences

-
Par , France Bleu La Rochelle

Quatre syndicats de la fonction publique hospitalière appellent mardi à la grève nationale des personnels soignants dans les services d'Urgences. Le député La République en Marche de la Charente, Thomas Mesnier, prépare un rapport sur le sujet.

Thomas Mesniers a été chargé d'une mission sur l'avenir des Urgences en France
Thomas Mesniers a été chargé d'une mission sur l'avenir des Urgences en France © Radio France - Pierre MARSAT

Angoulême

Ancien urgentiste lui-même, Thomas Mesnier ne peut que constater les problèmes d'organisation des services d'urgence : le nombre de patients pris en charge a doublé en 20 ans. Aux Urgences du centre hospitalier d'Angoulême, le bâtiment avait été créé pour accueillir 90 à 100 malades par jour. Aujourd'hui, en cas d'épidémie de grippe par exemple, des pics de 200 patients par jour ne sont pas rares. Le député La République En Marche de la Charente vient de se voir confier une mission sur les services d'urgences par la ministre de la santé, Agnès Buzyn. Voici ses premières pistes de travail :

  • Réorganiser la médecine de ville : le projet de loi "Santé 2022"en cours d'examen au Parlement doit permettre aux Français de trouver un accès à une consultation quand ils en ont besoin, pour soulager l'accès aux Urgences ;
  • Trouver des solutions face aux situations de violences récurrentes vécues aux Urgences ;
  • Créer de nouveaux lits d'hospitalisation pour faciliter le quotidien des soignants aux Urgences ;
  • Développer le partage des compétences entre les médecins urgentistes et les autres professionnels que sont les pharmaciens, les infirmiers, les kinés, les sage-femmes. Des infirmiers, sous réserve d'une courte formation, seraient tout à fait capables de prescrire des radios (pour une entorse ou un problème de traumatologie), pour gagner du temps en attendant que le médecin arrive ; même chose pour des petites sutures, ou distribuer des traitements afin de gagner un peu de souplesse, et ainsi améliorer le fonctionnement des services.
Thomas Mesnier dans son bureau, à Angoulême - Radio France
Thomas Mesnier dans son bureau, à Angoulême © Radio France - Pierre MARSAT