Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Sarthe: quand les grands blessés de la route veulent reprendre le volant

mercredi 8 novembre 2017 à 20:15 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Le centre de l'Arche de Saint Saturnin près du Mans, qui accueille des personnes handicapés après un accident de la route, dispose désormais d'un simulateur de conduite. Cet équipement répond à une demande des patients qui veulent souvent se remettre à conduire après leur sortie de l'établissement.

Ce simulateur est à la fois un outil d'évaluation et d'entrapinement
Ce simulateur est à la fois un outil d'évaluation et d'entrapinement - Cyril Sollier (Maxpp, à gauche) et Bertrand Hochet (Radio France, à droite)

Ce simulateur installé dans une pièce dédiée ressemble à l'avant d'une voiture reconstitué avec fauteuil, ceinture, volant et pédales. Sur trois écrans, le paysage défile: soit la ville, soit la campagne. Les commandes sont choisies en fonction du handicap du patient, explique Isabelle Juran: "c'est vraiment comme un vrai véhicule". L'ergothérapeute détaille: "on peut, par exemple, mettre les commandes sur le volant uniquement, lorsque le patient n'a plus l'usage de ses jambes. Il est aussi possible de faire une inversion de pédales pour les personnes qui ne peuvent plus se servir d'une partie de leur corps".

"Ce n'est pas un jeu vidéo!"

"Ce n'est pas non plus un jouet, ce n'est pas un jeu vidéo de course de voiture", explique le docteur Stéphane Gay. Le médecin du centre de l'Arche insiste: " c'est un outil de réapprentissage et de contrôle des capacités de la personne sans qu'elle se mette en danger sur la route". Cela peut paraître paradoxal mais cet équipement répond à un besoin exprimé par les patients, pourtant lourdement blessés après un accident de la route. Cependant ils ne sont pas seuls avec la machine. Ils sont accompagnés, précise Pauline Le Bihan, responsable du service ergothérapie: "ils sont suivis par une équipe comprenant un ergothérapeute, une neuro-psychologue si besoin et en partenariat avec une auto-école". La finalité est de "déterminer s'il sera ou non possible de reconduire". Lorsque les patients ont perdu leur permis de conduire suite à un accident, ils doivent aussi avoir le feu vert d'un médecin agréé par la préfecture avant de le repasser.