Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Saturation des hôpitaux mosellans : le cri d'alarme du chef des urgences de l'hôpital de Mercy

mercredi 14 mars 2018 à 8:44 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Cela fait plus de deux mois maintenant que l'hôpital de Mercy, à Metz, s'est déclaré hôpital en tension. Et ce n'est pas seulement dû aux épidémies de l'hiver, à en croire le chef des urgences de Mercy. Il y a un problème structurel, selon François Braun, il faut repenser l'hôpital.

L'hôpital de Mercy (Metz) s'est déclaré hôpital en tension le 10 janvier dernier (photo d'illustration).
L'hôpital de Mercy (Metz) s'est déclaré hôpital en tension le 10 janvier dernier (photo d'illustration). © Maxppp - Michèle Constantini

Les hôpitaux de Moselle n'arrivent plus à suivre le rythme ! C'est le constat alarmant que dresse le chef des urgences de l'hôpital de Mercy. Invité ce mercredi de France Bleu Lorraine, François Braun décrit une situation effarante dans son service : "il y a des brancards un peu partout et des gens qui ont beaucoup de mal à entrer dans le service des urgences parce qu'on a beaucoup de mal à entrer dans l'hôpital. On a des difficultés pour hospitaliser les patients. On manque de lits !"

L'hôpital n'est plus correctement organisé

Le dispositif hôpital en tension a été déclenché le 10 janvier dernier à Mercy, quelques jours plus tard à l'hôpital Bel-Air de Thionville et le 23 février à la clinique Claude Bernard de Metz. Dans un communiqué, l'Agence régionale de santé met en avant l'impact des épidémies de l'hiver dans cette saturation. Mais ce n'est pas la seule cause, pour le docteur François Braun : "on dit souvent que les urgences sont saturées parce que plein de gens qui ne devraient pas y aller y viennent. Mais ça n'est pas ça le problème, le problème c'est la disponibilité des lits d'hospitalisation. Le pic de grippe est passé et pourtant, on a toujours cet effet de saturation."

Et ce constat alarmant, il vaut pour toute la France, à en croire le praticien : "depuis le début de l'année, en France, 100.000 personnes ont dormi sur des brancards par défaut de lit. Ça pose donc la question de l'organisation et du fonctionnement de l'hôpital face aux nouveaux risques sanitaires. On se rend compte que l'hôpital n'est peut-être plus organisé correctement pour répondre à ces besoins."

Repenser l'hôpital

François Braun en appelle à une vaste réflexion sur l'organisation des hôpitaux français. Les pathologies liées à l'âge, les maladies chroniques, ne sont pas assez bien prises en charge selon lui. "Il faut vite repenser l'hôpital. Il faut changer les lits hyper-spécialisés en lits plus polyvalents."