Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Sauv Life : l'application qui sauve des vies testée par le Samu de Lille

mardi 13 mars 2018 à 7:04 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

C'est une application qui peut sauver des vies : Sauv Life est lancée partout en France ce 13 mars, mais elle est testée depuis le 23 février par le Samu du Nord. Il s'agit d'un système de géolocalisation, pour une intervention plus rapide en cas d'arrêt cardiaque. Car chaque minute compte.

Test grandeur nature de Sauv Life à Lille
Test grandeur nature de Sauv Life à Lille © Radio France - Cécile Bidault

Lille, France

40 000 personnes meurent chaque année en France d'un arrêt cardiaque. C'est ce qu'on appelle la mort subite de l'adulte. Pour augmenter les chances de survie, il faut pratiquer, dès les premières secondes, un massage cardiaque. Dix minutes sans rien faire, et c'est le décès assuré. Or en moyenne, les secours mettent treize minutes à arriver.

Alors des médecins, regroupés en association à but non lucratif, ont développé une application gratuite. Baptisée Sauv Life, elle peut être téléchargée par tout un chacun. En cas d'arrêt cardiaque signalé par le Samu à moins de dix minutes de là où vous vous trouvez, vous êtes prévenu, et vous pouvez aller prêter main forte, pratiquer un massage cardiaque ou aller chercher le défibrillateur le plus proche. L'application est lancée au niveau national ce 13 mars, mais le Samu de Lille l'expérimente déjà, en avant-première, depuis trois semaines.

En avant-première à Lille

Un test grandeur nature a été réalisé le 23 février. Dans la salle de régulation du Samu à Lille, le docteur Nordine Benameur reçoit un appel : une femme signale un homme qui vient de s'écrouler dans la rue, en arrêt cardiaque. Selon les statistiques il a 5% de chance de survie. Une équipe de médecins est déclenchée, et en parallèle, l'alerte est lancée sur les smartphones. Plusieurs personnes la reçoivent, et se rendent sur les lieux, pour pratiquer, à tour de rôle, un massage cardiaque. D'autres utilisateurs reçoivent la consigne d'aller chercher le défibrillateur le plus proche, les appareils sont aussi géolocalisés.

Les premières minutes sont cruciales

Lionel Lamhaut, médecin à l'origine de l'application Sauv Life, explique pourquoi ces premières minutes sont cruciales : "il y a 10% de chance de survie en moins par minute sans massage cardiaque. En dix minutes, l'espoir est quasi vain de sauver quelqu'un". Il n'est pas nécessaire d'être formé à la pratique d'un massage cardiaque, car vous êtes guidé au téléphone par le médecin-régulateur du Samu.

Sauveteurs-citoyens

Quelques minutes se passent, le massage cardiaque n'a pas cessé, le défibrillateur est en place, et le Samu arrive. Les sauveteurs-citoyens laissent la place aux médecins. Pour Patrick Goldstein, responsable des urgences au CHR de Lille, nous devons tous être des maillons de la chaîne de secours : "c'est une convergence de sauveteurs et de citoyens, pour faire quelque chose avant que les secours organisés n'arrivent. C'est un système qui est garant d'un pronostic, on l'espère, le plus favorable possible".

ECOUTEZ : reportage lors d'un test de l'application Sauv Life à Lille