Santé – Sciences

Scandale des implants Essure : "On m'a prise pour une folle" témoigne une Quimpéroise

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel vendredi 20 janvier 2017 à 18:35 Mis à jour le samedi 21 janvier 2017 à 6:31

Les implants contraceptifs Essure sont une méthode de contraception définitive.
Les implants contraceptifs Essure sont une méthode de contraception définitive. © Maxppp - Anne-Christine Poujalat

TEMOIGNAGE | Chystelle, qui vit à Quimper, vit un enfer depuis qu'elle porte des implants contraceptifs Essure. Au cœur d'une polémique sanitaire depuis quelques semaines, ils seraient à l'origine d'effets secondaires graves. Plusieurs femmes ont été reçues au Ministère de la Santé vendredi.

Chrystelle souhaite rester anonyme. Son prénom a été modifié et elle ne souhaite pas être prise en photo. Preuve que son quotidien a changé. Même si elle se définit comme "une battante qui ne se laisse pas abattre", le quotidien de cette habitante de Quimper est devenu une vraie galère. Pour elle, aucun doute, les implants contraceptifs Essure sont responsables de ses nombreux problèmes de santé.

En quelques mois, j'ai eu des douleurs très importantes au bas-ventre ; des saignements hémorragiques, des maux de tête persistants. Je ne compte plus le nombre de passages aux urgences mais on ne me trouve jamais rien", Chrystelle

Les conséquences sont énormes sur sa vie professionnelle. "J'ai enchaîné les arrêts maladie, les mi-temps thérapeutiques et forcément, au travail, c'est compliqué avec mon employeur. Parfois, ça va bien, et puis juste après les douleurs reviennent. Et ça, c'est difficile à comprendre pour les autres."

Une pétition signée par 72 000 personnes démontre l'inquiétude

Petit à petit, la parole se libère. De plus en plus de femmes font part de leurs problèmes de santé survenus après l'utilisation d'implants contraceptifs Essure, appartenant au laboratoire Bayer. Rien ne prouve pour le moment le lien de cause à effet. Mais la multiplication des témoignages justifie l'inquiétude. Elles sont 700 femmes à avoir adhéré à l'association Resist qui leur vient en aide. Elles sont presque 3 000 sur la page Facebook "Essure France : Alerte !". Et une pétition réclamant la fin de la commercialisation de ces implants a réuni plus de 72 000 signatures.

Les implants Essure sont commercialisés par Bayer, l'un des plus grands laboratoires au monde - Maxppp
Les implants Essure sont commercialisés par Bayer, l'un des plus grands laboratoires au monde © Maxppp - BENELUXPIX/MAXPPP

Un déni de beaucoup de médecins et de professionnels

Parmi ces femmes, Chrystelle donc. Elle témoigne, au lendemain de la réunion au Ministère de la Santé avec des femmes représentant toutes les victimes. Prendre la parole est important pour elle. Car pendant longtemps, elle n'a pas été prise au sérieux par les médecins. Elle ne leur en veut pas, mais c'est dur à encaisser.

J'ai fait une batterie d'examens et certains m'ont dit que toutes les douleurs étaient dans ma tête, que je devais aller voir un psy. Mais je connais mon corps, je sais que je ne suis pas folle", Chrystelle

Les femmes demandent la fin de la commercialisation des implants Essure

Ce n'est que depuis le mois de décembre 2016 que le sujet est pris très au sérieux, après une couverture médiatique importante. Depuis, certains professionnels s'interrogent. La Haute Autorité de Santé assure que c'est la pose et non pas les implants eux-même qui est à l'origine du problème.

Mais cela ne convainc pas les femmes. Elles réclament le retrait des implants contraceptifs de la commercialisation.