Santé – Sciences

Sécurité sociale : qui sont les fraudeurs en Alsace

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass vendredi 19 mai 2017 à 18:32

Répartition des abus et fraudes constatés en 2016 en Alsace
Répartition des abus et fraudes constatés en 2016 en Alsace © Radio France -

Les caisses primaires d'assurance maladie du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont présenté ce vendredi leur bilan de lutte contre les abus et les fraudes à la sécurité sociale en Alsace : le montant total des fraudes détectées pour 2016 est de 4,6 millions d'euros, un score en baisse par rapport à 2015.

La fraude à la sécurité sociale est en baisse en Alsace : 4,6 millions d'euros en 2016 contre 5,2 en 2015. Une baisse à relativiser prévient la direction de la CPAM du Bas-Rhin, car les enquêteurs sont de plus en plus efficaces et détecteront toujours plus de fraudes dans les années à venir d'une part ; et d'autre part, le montant de l'année 2015 était particulièrement élevé à cause d'erreurs et non de fraudes caractérisées.

Il existe trois grands profils de fraudeurs : les assurés, les professionnels de santé (médecin, infirmiers, transporteurs etc.) et les établissement de santé. La détection de ces fraudes se fait par contrôle, par signalement et interrogation des bases de données. "Nous avons beaucoup de personnes divorcées qui signalent leur ex-conjoint", plaisante Sylvie Mansion, directrice de la CPAM du Bas-Rhin."Plus sérieusement, il y a deux façons d'analyser ce volume de fraude : les professionnels de santé sont ceux qui détournent les plus grosses sommes, mais la catégorie qui fraude le plus, en nombre de personnes, ce sont les assurés."

Quand on a un assuré arrêté censé être cloué au lit et qu'on le découvre dans les pages sports du journal local, ça confirme nos soupçons !

2016 comporte son lot d'anecdotes croustillantes et de fraudeurs démasqués de façon cocasse, s'amuse Sylvie Mansion : _"Les réseaux sociaux et la presse ne sont pas nos premières sources, mais font office de compléments. Ils peuvent nous aider à récolter un certain nombres de faisceaux concordants qui ne laissent aucun doute quant à la fraude. Exemple : quand on a un assuré arrêté censé être cloué au lit pour une lombalgie et qu'on le retrouve en une d'un journal local en train de marquer trois paniers de basket avec son club, ça aide à confirmer nos doutes."
_

La grand public le sait peu : les personnes en arrêt maladie ont un grand nombre d'obligations à respecter, notamment signaler tout déplacement hors de leur secteur y compris pour des vacances et surtout n'avoir aucune activité qu'elle soit rémunérée ou pas. "Il y a une formule qu'on entend beaucoup et qu'il faudrait interdire, c'est 'je vais me mettre en arrêt maladie' ! Il faudrait rappeler à ces personnes que jusqu'à preuve du contraire, c'est le médecin qui décide ou non de mettre en arrêt maladie", rappelle Sylvie Mansion.

Un score en baisse par rapport à 2015 - Radio France
Un score en baisse par rapport à 2015 © Radio France -