Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ségur de la santé : des soignants manifestent à Paris pour demander des mesures concrètes

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Plusieurs dizaines de soignants ont manifesté, à l'appel de la CGT, mardi, devant l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Ils réclament des "mesures concrètes" pour le personnel hospitalier, au deuxième jour du "Ségur de la santé" qui est perçue par le syndicat comme une "opération de com".

Olivier Véran, Nicole Notat au Ségur de la santé
Olivier Véran, Nicole Notat au Ségur de la santé © AFP - Martin BUREAU / POOL

Véritable concertation pour améliorer le quotidien des soignants et la prise en change des malades ou simple opération de com ? 

Le Ségur de la santé a été lancé lundi a été lancée lundi par Edouard Philippe lors d'une visioconférence à laquelle ont participé 300 personnes. Elle se poursuit ce mardi avec la mise en place d'un groupe de travail sur les "carrières et rémunérations" et d'un "comité Ségur national", piloté par l'ancienne responsable de la CFDT Nicole Notat, qui servira de cadre pour suivre "l'avancement global de la concertation".

Manifestation de soignants à Paris

Cette opération n'a pas convaincu tous les soignants. A l'appel de la CGT, ils étaient plusieurs dizaines à manifester ce mardi devant l'hôpital Saint-Antoine à Paris pour réclamer des "mesures concrètes" pour le personnel hospitalier.

Equipés de banderoles et de pancartes, ils ont appelé à "déconfiner la colère... pour "mettre la pression sur le gouvernement".

Les manifestants veulent des actes concrets

"Pour l'instant, on n'a que des discours et des promesses. On attend des actes concrets", a martelé Christophe Prudhomme, médecin urgentiste de Seine-Saint-Denis et porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France. Il dénonce aussi les conditions dans lesquelles le gouvernement a engagé son "Ségur de la santé" et il critique le choix, qu'il juge politique, de Nicole Notat.

De son côté, Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l'Usap-CGT, regrette l'absence d'engagement chiffré sur les salaires, mais aussi et surtout sur les embauches, l'une des principales revendications des manifestants.

La concertation doit durer sept semaines

Le Ségur de la santé doit aboutir d'ici sept semaines à des accords. Ce mardi, deuxième jour du Ségur, a eu lieu la mise en place d'un groupe de travail sur les "carrières et rémunérations" et d'un "comité Ségur national", qui servira de cadre pour suivre "l'avancement global de la concertation". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess