Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ségur de la santé : un millier de soignants manifestent à Rennes

Alors que le Ségur de la santé doit se terminer en fin de semaine, un millier de soignants ont manifesté mardi 30 juin à Rennes (Ille-et-Vilaine). Venus de plusieurs hôpitaux publics et cliniques privées, ils ont une nouvelle fois réclamé des augmentations de salaires après la crise du Covid-19.

Emmanuelle et ses collègues de la réanimation du CHU de Rennes
Emmanuelle et ses collègues de la réanimation du CHU de Rennes © Radio France - Loïck Guellec

Un millier de soignants se sont retrouvés mardi 30 juin à l'heure de midi dans les rues du centre de Rennes alors que le Ségur de la santé va se terminer en fin de semaine. Il y avait deux fois plus de monde à Rennes le 16 juin dernier lors d'une autre journée d'action nationale. Des personnels du CHU de Rennes, des hôpitaux publics de Fougères et Vitré ont été rejoints par des soignants des cliniques privées, comme le CHP Saint-Grégoire et la polyclinique de Cesson-Sévigné. Ils ont manifesté pour réclamer avant tout des augmentations salariales et de meilleures conditions de travail après les 3 mois de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Une enveloppe de 6 milliards d'euros a été annoncée par le gouvernement mais sans aucune précision, d'où la forte impatience des personnels.

"On donne nos dernières forces"

Emmanuelle est infirmière en réanimation au CHU de Rennes et membre du collectif inter-réanimation. Elle reconnait qu'il est de plus en plus difficile de mobiliser : "On est fatigués, on n'a pas le temps de récupérer du Covid. On donne nos dernières forces en ce moment. J'ai peur que, si l'on n'est pas entendus, des collègues quittent l'hôpital. C'est un peu la dernière bouteille à la mer". Des soignants des plusieurs cliniques privées du groupe Vivalto défilent aussi : "On veut des salaires décents. Beaucoup de nos salaires sont sur la base du SMIC horaire avec des contraintes liées à notre profession", témoigne Nicolas Turquet, délégué CFDT au CHP Saint-Grégoire, près de Rennes.

Des représentants de cliniques privées du groupe Vivalto
Des représentants de cliniques privées du groupe Vivalto © Radio France - Loïck Guellec

"La population n'est pas là"

Durant le confinement, les Français ont applaudi par millions les soignants qui se donnaient parfois à corps perdus pour sauver les malades du coronavirus. Mais cette fois-ci, à Rennes comme ailleurs, ils ne sont pas dans la rue. "On fait la manifestation à l'heure du déjeuner pour que la population vienne nous soutenir, mais elle n'est pas là. C'est extrêmement décevant", affirme Cécile Vignaud, membre du collectif inter-hôpital et qui participe à un groupe de travail du Ségur de la santé.

Fabrice le Restif, secrétaire général de Force Ouvrière en Ille-et-Vilaine, a lancé un appel pour une nouvelle manifestation le 14 juillet prochain, journée symbolique. Pour l'heure cette date n'est pas confirmée.

Un millier de soignants ont manifesté mardi 30 juin à Rennes
Un millier de soignants ont manifesté mardi 30 juin à Rennes © Radio France - Loïck Guellec
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu