Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-et-Marne : des cabines de télémédecine pour pallier la désertification médicale

-
Par , France Bleu Paris

Depuis un mois, les habitants de la communauté de commune de Moret-sur-Loing peuvent consulter un médecin à distance dans une cabine de télémédecine, qui permet aussi des examens médicaux. Une expérimentation pour enrayer la pénurie de médecins.

La cabine de télémédecine intallée au siège de la communauté de commune de Moret-sur-Loing en Seine-et-Marne
La cabine de télémédecine intallée au siège de la communauté de commune de Moret-sur-Loing en Seine-et-Marne © Radio France - Isabelle Piroux

Avec Nangis et Chelles, Moret-sur-loing est la troisième ville du département à proposer à ses habitants, cette solution alternative. Depuis un mois, les patients qui n’ont plus de médecins traitant, qui n'arrivent pas à avoir de consultation avant plusieurs semaines ou qui veulent faire un bilan de santé, peuvent se faire examiner par un médecin en visioconférence dans cette cabine de télémédecine installée dans les locaux de la communauté de commune de Moret-sur-Loing.

Avec en moyenne deux rendez-vous par jour à Moret-sur-Loing, la fréquentation de la cabine de télémédecine est encore faible, mais si l'expérimentation est satisfaisante, le département envisage d'en doter les vingt-trois intercommunalités de Seine-et-Marne.  

Comment fonctionne une cabine de téléconsultation ?

Pour y avoir accès, il faut d'abord se connecter sur la plate-forme de réservation Imedians.com, muni d'un code d'activation MLS 123 (réservé aux Seine-et-Marnais) et de sa vitale carte vitale pour créer un compte personnel qui permet de prendre un rendez-vous.  

Le jour du rendez-vous, les patients sont reçus par une agente spécialement formée à l'accueil.  Elle est chargée de les installer, de les rassurer quand il le faut et de désinfecter la cabine après leur passage.

Dotée de nombreux appareils d'examens médicaux  la cabine de télémédecine permet aussi un check up complet
Dotée de nombreux appareils d'examens médicaux la cabine de télémédecine permet aussi un check up complet © Radio France - isabelle Piroux

Une fois à l'intérieur, les patients devront introduire leur carte de sécurité sociale et donner le code reçu lors de la prise de rendez-vous. Ils se laisseront ensuite guider par le médecin généraliste qui apparait sur l'écran. Une vingtaine de praticiens assure ces rendez-vous.

La cabine de télémédecine permet un check-up complet, ce que ne permet pas une simple consultation par visioconférence 

Prise de température, tension artérielle, électrocardiogramme, examen dermatologique, ORL, mesure auditive, d'acuité visuelle, pèse-personne, la cabine permet un véritable bilan de santé réalisé par le patient lui même, guidé par le médecin. ."La cabine de télémédecine permet un check-up complet, ce que ne permet pas une simple consultation par visioconférence " explique Vanessa qui officie ce jour là, "et puis les patients ressortent avec une ordonnance pour une consultation de spécialiste ou une ordonnance de médicaments." Celles-ci sont éditées immédiatement à l'issue de la consultation. 

Pour le moment la cabine ne délivre pas encore d'arrêt-maladie mais devrait le faire prochainement. Aujourd'hui le médecin envoie le document sur le mail du patient.

Ces consultations prises en charge par l'assurance maladie.

Dans le bas du tableau en matière de couverture médicale, le département perd 50 médecins par an.

Chaque cabine de téléconsultation coûte cent mille euros. En doter toutes les intercommunalités reviendra deux millions trois cent mille euros. Un investissement important rappelle Patrick Septiers le président du Conseil départemental  d'autant que la santé n'est pas de notre compétence. Seulement le département de Seine-et-Marne ne peut pas rester les bras croisés devant ce désert médical qui s'accroît "Nous sommes aujourd'hui le 98e département français au niveau de la couverture médicale" rappelle Patrick Septiers,"tous les ans il y a soixante-quinze médecins qui partent à la retraite et seulement vingt-cinq nouveaux qui s'installent, _ça veut dire que nous en perdons cinquante par an, ce qui signifie que la situation va encore s'aggraver_. Aujourd'hui, il y a beaucoup d'habitants qui n'ont plus de médecin traitant, ou qui doivent attendre des mois pour un rendez-vous. On ne peut pas laisser les Seine-et-Marnaises et Seine-et-Marnais sans couverture médicale." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess