Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Seine-et-Marne : Des patients sans médecins après plusieurs départs en retraite

lundi 25 mars 2019 à 23:22 Par Alexandre Frémont, France Bleu Paris

Alors que la Loi Santé est votée ce mardi à l'Assemblée, le manque de médecins se fait ressentir en Île-de-France. Exemple à Claye-Souilly, en Seine-et-Marne, où deux médecins partent en retraite et ne sont pas remplacés. Leurs patients se sentent abandonnés.

Les affiches dans le cabinet montrent clairement que les départs en retraite ne sont pas remplacés.
Les affiches dans le cabinet montrent clairement que les départs en retraite ne sont pas remplacés. © Radio France - Alexandre Frémont

Claye-Souilly, France

Qui va s’occuper des patients sans médecin à Claye-Souilly, en Seine-et-Marne ? C’est la question qu’on se pose après le départ à la retraite de plusieurs généralistes dans la commune. Au cabinet Pasteur par exemple, situé en centre ville, l'un d'eux est parti en décembre dernier, un autre s'arrête en juin prochain. Et aucun n'est remplacé. Alors forcément, les patients sont inquiets.

"On se sent abandonné"

Isabelle est suivie par le docteur Husson, qui prend sa retraite en juin, depuis qu'elle est petite. C'est son médecin de famille. Alors cette quinquagénaire est désemparée. "On a l’impression d’être abandonné", soupire-t-elle. "Je connais le docteur Husson depuis des années, je ne l’ai pas vu vieillir mais lui m'a vu prendre de l'âge. J’avais toute confiance en lui et là pour retrouver un autre médecin et lui redonner de la confiance, ça va être autre chose"

"C'est vraiment dommage que personne ne souhaite reprendre le flambeau au cabinet. Moi je peux très bien faire quelques kilomètres de plus pour trouver un autre médecin mais ma mère qui est très âgée ne pourra pas faire le trajet tout le temps. C'est très inquiétant", résume la Clayoise.

Même chose pour Isabelle, la cinquantaine. Elle vient au cabinet avec sa fille ce jour-là et ça fait 20 ans qu'elle est suivie par le docteur Daniel Husson. Cette mère de famille espère vite trouver une solution. "Peut-être que le docteur va me pistonner auprès d'un confrère pas loin pour éviter que je fasse trop de route"

Rien n'est moins sûr, car "les autres généralistes sont débordés et ne peuvent plus recevoir de nouveaux patients... C'est très compliqué", explique le docteur Husson. "Je ne suis pas bien. Je ne suis pas serein à l'idée de partir en retraite", détaille-t-il. Il est surtout inquiet et triste de ne pas pouvoir apporter de solutions à ses malades, devenus même amis pour certains.

Les docteurs Astier à gauche et Husson à droite sont inquiets pour les patients du cabinet. - Radio France
Les docteurs Astier à gauche et Husson à droite sont inquiets pour les patients du cabinet. © Radio France - Alexandre Frémont

Je ne suis pas bien. Je ne suis pas serein à l'idée de partir en retraite", le docteur Husson du cabinet Pasteur.

Sur les cinq dernières années, la moitié des médecins sont partis en retraite et n'ont pas été remplacés selon Philippe Astier, généraliste au cabinet Pasteur. "On est obligé de subir de la situation sans pouvoir faire grand chose", estime pur sa part Daniel Husson, désemparé. "On laisse les patients dans une galère monstre".

Pour pallier à ces manques de médecins, une maison médicale pluridisciplinaire est en construction dans le Sud de la ville. Initialement prévue pour le mois de juin 2019, elle ne sera livrée finalement qu'en octobre prochain. 

Une initiative saluée par les médecins de la ville, même si dans le concret, sur les huit cabinets que compte l'établissement, seulement 4 ou 5 seront des médecins généralistes.