Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Séismes à Strasbourg : l'entreprise de géothermie Fonroche est sortie des clous

La société Fonroche qui exploite le puits de géothermie de Vendenheim (Bas-Rhin) mise en cause dans une enquête administrative diligentée par le préfecture suite aux séismes à répétition au nord de Strasbourg. Fonroche dément les accusations.

Le forage géothermique de Fonroche à Vendenheim.
Le forage géothermique de Fonroche à Vendenheim. © Maxppp - Franck DELHOMME

La préfecture du Bas-Rhin a présenté mercredi les conclusions d'une enquête administrative diligentée après les séismes provoqués par l'activité d'une centrale géothermique et notamment celui du 4 décembre, d'une magnitude de 3,5. Cette enquête fait état "d'écarts importants" commis par l'exploitant, la société de géothermie Fonroche

Deux anomalies

L'analyse a mis en évidence deux anomalies, a expliqué Hervé Vanlaer, directeur de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) du Grand Est. 

D'abord, Fonroche a creusé plus bas qu'annoncé, avec des forages de 5 000 mètres de profondeur, au lieu des 4 200 autorisés, avec une tolérance de 600 mètres. "On est pleinement rentré dans le massif cristallin, le granit", a précisé Hervé Vanlaer, "et on sait que le granit peut avoir des réactions sismiques plus importantes". 

Ensuite, l'exploitant a injecté dans le sous-sol de l'eau à une pression très élevée, plus élevée que prévu. "Il était prévu de ne pas dépasser 100 bars de pression en tête de puits, mais en novembre 2019 et août 2020, il a été constaté des pressions supérieures, de 150 et 140 bars". Cela a pu accroître le risque sismique.

Un lien de cause à effet qui n'est pas établi

La préfecture et la Dreal ont cependant souligné que le lien de cause à effet entre ces "écarts" et les séismes n'était pas établi. Un "comité d'expert" sera mis en place "en début d'année" 2021 pour se pencher sur cette question. 

Dans un communiqué, la société Fonroche conteste ces accusations. "L'ensemble des opérations conduites sur le site géothermie de Vendenheim l'ont été dans le strict respect des prérogatives définies par les arrêtés préfectoraux et les échanges continus avec les administrations compétentes".

400 demandes d'indemnisation

Le projet de centrale géothermique, implantée à Vendenheim a été définitivement arrêté après les séismes du 4 décembre. Il représentait un investissement de près de 100 millions d'euros. La préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier a précisé mercredi que 400 demandes d'indemnisation ont été déposées. Il s'agit de maisons endommagées par les secousses dans le secteur de la Wantzenau

Choix de la station

À venir dansDanssecondess