Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sidaction : 4000 personnes environ touchées par le VIH en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

C'est le Sidaction ces 26, 27 et 28 mars. La lutte contre le sida a besoin de vos dons alors que la maladie est reléguée au second plan depuis l'arrivée du coronavirus. En Bretagne, l'association AIDES le constate depuis des mois. Elle recense quelques 4000 malades séropositifs dans la région.

La lutte contre le sida est passée au second plan depuis le début de la crise sanitaire
La lutte contre le sida est passée au second plan depuis le début de la crise sanitaire © Maxppp - Vincent Isore

"Malheureusement comme on dit : une épidémie en cache une autre" se désole Mathieu Stéphant, trésorier et volontaire de l'association AIDES en Bretagne qui lutte contre le VIH. Depuis près d'un an, les dépistages ont chuté de 60% en France, ce qui inquiète évidemment les associations. 

Les malades ont besoin d'accompagnement 

Cette baisse de dépistage n'est pas bon signe. Il y a aussi le problème de l'accompagnement des malades depuis le début de la crise sanitaire. Les infectiologues  sont réquisitionnés pour la pandémie de coronavirus et sont bien moins disponibles pour les patients selon l'association AIDES qui en voit les conséquences. "En Bretagne, on a vu une augmentation de 50 % de nos entretiens individuels avec les personnes qui vivent avec le VIH, heureusement qu'on est là" constate Mathieu Stéphant.

Les femmes migrantes très touchées en Bretagne

Dans la région, AIDES recense quelques 4000 malades du VIH dont probablement 600 qui s'ignorent. En 2020, 157 bretons ont appris qu'ils étaient séropositifs, un chiffre stable depuis dix ans environ. "On sait en Bretagne que la moitié des personnes séropositives sont des publics gays, bisexuels et hétéros "curieux". Sur les 50 % qui restent, ce sont essentiellement des femmes migrantes qui se sont fait contaminer en France à cause de leur précarité. Chez les travailleurs du sexe, on va souvent retrouver des personnes migrantes, trans ou gays qui se prostituent par manque de moyens financiers. Quand les client demandent d'enlever la capote, elles accepte pour gagner plus" explique Mathieu Stéphant qui va, avec les autres volontaires de l'association au plus près de ces publics pour les informer et leur proposer des tests de dépistage rapides. 

Le Sidaction c'est jusqu'à dimanche. vous pouvez faire vos dons en téléphonant au 110 ou sur le site don.sidaction.org

Choix de la station

À venir dansDanssecondess