Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sidaction : "Allez vous faire dépister" demandent les associations après un an de Covid

Avec l'épidémie de Covid, la lutte contre le Sida a été reléguée au second plan. Les activités de dépistage ont largement chuté et font craindre une augmentation des nouvelles contaminations au VIH. À Caen, l'association Sid'Accueil appelle à la prudence et à la mobilisation.

Marinette Slimani, accompagnée d'Henri, un bénévole de l'association Sid'Accueil.
Marinette Slimani, accompagnée d'Henri, un bénévole de l'association Sid'Accueil. © Radio France - Benjamin Recouvreur

Tous les jeudis après-midi, l'association Sid'Accueil propose des dépistages gratuits et anonymes. Henri est bénévole, il est formé aux dépistages mais depuis le mois de décembre, il n'a quasiment vu personne. "Les gens ne viennent plus se faire dépister. J'ai dû en faire trois ou quatre depuis décembre, c'est catastrophique", constate-t-il. Pendant le premier confinement, l'activité de l'association s'est quasiment arrêtée. Pour le moment, les chiffres ne sont pas définitifs, mais la baisse est sensible. Lors du premier confinement de mars et avril 2020, les dépistages avaient chuté de 56% et cette baisse n'a pas été compensée ensuite selon Santé Publique France. 

Les actions de prévention à destination de publics ciblés, comme les jeunes par exemple, sont aussi devenues très compliquées. "D'habitude on se rend dans les établissements scolaires, on fait des stands dans la rue, on va à la rencontre des publics fragiles. Cette année, rien de tout ça", explique Marinette Slimani, coordinatrice de l'association. 

Un risque d'augmentation des contaminations

Les conséquences sont encore difficile à évaluer mais mécaniquement cette baisse du dépistage pourrait conduire à une hausse des contaminations sur le long-terme. "Les comportements à risque, eux, n'ont pas diminué mais les gens ne sont pas venus se faire dépister", précise Marinette Slimani. Alors le mot d'ordre est simple : "Allez vous faire dépister ! C'est un geste de prévention, s'il y a un doute il ne faut pas hésiter, tout est ouvert et vous serez bien accueilli", ajoute Marinette Slimani. Les dépistages sont gratuits et anonymes. 

Le Covid a aussi perturbé les prises en charge des personnes séropositives. "Des rendez-vous ont été déprogrammés, les personnes avaient peur de venir à l'hôpital donc globalement, le suivi a été fortement touché", constate le professeur Renaud Verdon, chef du services des maladies infectieuses du CHU de Caen. Lui aussi insiste sur l'importance du dépistage. 

La baisse du dépistage est le plus grand risque en termes de santé publique. Il faut que les gens agissent comme avec le Covid. S'il y a un doute, il faut aller se faire dépister. Plus on dépiste tôt, mieux on pourra traiter - Renaud Verdon, chef du services des maladies infectieuses du CHU de Caen

Si on ne guérit toujours pas du VIH aujourd'hui, on peut mener une vie quasiment normale, au prix d'un traitement lourd mais efficace. Pour aider la recherche, le Sidaction lance à nouveau cette année un appel aux dons. 

ECOUTEZ - Le reportage de France Bleu Normandie à l'association Sid'Accueil

Choix de la station

À venir dansDanssecondess