Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Finistère : le témoignage d'une infirmière après 3 semaines dans un Ehpad touché par le Covid

Nathalie est infirmière de santé au travail. Elle a pris trois semaines sans solde pendant le confinement pour soutenir une équipe dans un Ehpad où plusieurs patients étaient atteints par le Covid 19, dans le sud Finistère. Elle est revenue dans son entreprise et mesure les différences de vécu.

En l'absence de sur-blouse, les soignants ont utilisé des chemises de nuit
En l'absence de sur-blouse, les soignants ont utilisé des chemises de nuit

Nathalie habite Tréboul près de Douarnenez dans le Finistère. Quand la pandémie s'est aggravée, elle a pris trois semaines sans solde pour aller soutenir l'équipe d'un Ehpad où plusieurs patients étaient atteints du Covid 19. L' Ehpad de Combrit, dans le Sud Finistère.

Des chemises de nuit en guide d'habits de travail pour se protéger

Les conditions étaient difficiles, avec des décès de résidents, des soignants malades et peu de matériel. "Par exemple, nous n'avions pas de sur-blouses pour les soignants. On a porté des chemises de nuit en guide d'habits de travail pour se protéger."

Des difficultés à raconter

La mission de Nathalie est terminée. Elle a retrouvé ses collègues mais elle constate qu'elle a du mal à parler de ce qu'elle a vécu : "Cela me fait revivre la souffrance des résidents, des collèges soignants malades, des familles dans la détresse. Alors, non, je ne peux parler que des aspects positifs. Sinon, c'est trop douloureux. Je m'aperçois que chacun a vécu des choses difficiles mais différemment, parce qu'on aborde la mort de façon différente."

Un concert gratuit pour les résidents en quarantaine

Elle ne veut raconter que les bons souvenirs : les rires entre soignants lorsqu'ils revêtaient leurs chemises de nuit en guise de sur-blouse. Ou encore ce concert donné par deux musiciens de Quimper, qui ont voulu égayer la vie des résidents. Un concert étonnant, donné à l'extérieur de l'Ehpad dont les fenêtres avaient été ouvertes. Puis dans la cour, alors que les personnes âgées réclamaient un tango ou une valse.  Régis Huiban et Didier Dréo ont réussi à donner du sourire derrière les murs.

Régis Huiban et Didier Dréo donne un concert avec les distances necessaires
Régis Huiban et Didier Dréo donne un concert avec les distances necessaires - Nathalie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess