Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Soignants et patients devant l'hôpital de Maubeuge pour défendre leur service d'hémodialyse

-
Par , France Bleu Nord

A l'appel de l'UNSA et de la CGT, ils étaient une trentaine à se mobiliser ce vendredi contre le projet de transférer le service hémodialyse de l'hôpital de Maubeuge vers le privé à l'occasion du déménagement dans le nouvel hôpital.

Des salariés de l'hôpital de Maubeuge en grève pour défendre leur service d'hémodialyse
Des salariés de l'hôpital de Maubeuge en grève pour défendre leur service d'hémodialyse © Radio France - Rafaela Biry vicente France bleu nord

5 mois avant le déménagement dans le nouvel hôpital les 12 infirmières et aides soignantes du service d'hémodialyse ne savent toujours pas ce qu'elles vont devenir en cas de transfert regrette Athina, infirmière.

Si on passe dans le privé, ça risque de changer beaucoup de choses comme les avantages qui sont pas les mêmes; et si c'est pour se remettre dans un service, refaire les nuits, les soirées etc, ça change en fait en rythme de vie. On aimerait être mis au courant pour ceux qui ont des enfants pour les modes de garde etc 

Gwendoline, infirmière s'inquiète aussi de la prise en charge des patients, notamment pour les urgences, car aujourd'hui la polyclinique ne les gère pas, ni les cas lourds qu'elle transfère aux urgences de l'hôpital selon elle. 

Gwendoline Art, infirmière s'inquiète pour ses patients

Des patients qui soutiennent le mouvement comme Martine qui vient 3 fois par semaine depuis 20 mois et qui a choisi le public pour se faire soigner. La retraité trouve "scandaleux" ce projet de transfert pour "une question de fric" . Martine qui sait qu'elle devra se résoudre à aller dans le privé si le projet se concrétise car transport vers l'hôpital de Valenciennes ou Fourmies à plus une demie-heure de là ne sera pas pris en charge.

Un service qui génère 1 million d'euros de bénéfices

"Nos usagers sont pris en otage" regrette Guillaume Rosey, le secrétaire de la CGT à l'hôpital. Le syndicaliste qui rappelle que le service est rentable et génère 1 million d'euro par an, une aubaine dans un établissement déficitaire. 

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

L'agence régionale de santé explique que ce projet remonte à 2013, l'ancienne direction de l'hôpital et celle de NephroCare installé à  la polyclinique souhaitait "améliorer l’accès aux soins, la qualité des soins et la sécurité des soins pour les patients du territoire, avec une prise en charge mutualisée des patients sur le site du nouvel hôpital". 

Les discussions ont repris avec la nomination de la nouvelle direction de l'hôpital qui avoue aujourd'hui être "réticente au projet en l'état", une nouvelle réunion de négociation est programmée le 2 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess