Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Somme : pas de visite jusqu'au 11 mai pour les 6 EHPAD de la société Seneos

-
Par , France Bleu Picardie

Les 6 EHPAD samariens de la société Seneos restent fermés aux familles des résidents jusqu'au lundi 11 mai, date prévue du déconfinement en France. Seules les familles des patients en fin de vie peuvent toujours venir.

Toujours pas de visite pour les 600 résidents des EHPAD du groupe Seneos dans la Somme (image d'illustration)
Toujours pas de visite pour les 600 résidents des EHPAD du groupe Seneos dans la Somme (image d'illustration) © Radio France - Claudia Calmel

Dans l'est de la Somme, les 600 résidents des six EHPAD du groupe Seneos ne peuvent toujours pas voir leurs proches, sauf quand ils sont en fin de vie. Si dans tout le pays, un droit de visite est de nouveau autorisé pour les familles depuis lundi, certains directeurs de maison de retraite ont décidé de ne pas ouvrir les portes de leur établissement.

C'est le cas des EHPAD de Fouilloy, Bray-sur-Somme, Longueau, Moreuil, Villers-Bretonneux et Warloy-Baillon, tous gérés par la société Seneos.

Directrice de ces six EHPAD, Corinne Madurel explique ne pas faire courir des risques supplémentaires de contagion aux résidents et aux membres du personnel encadrant. 

Après consultation du personnel médical, elle a donc pris la décision d'interdire jusqu'au lundi 11 mai la visite des familles. D'autant que si de nombreuses maisons de retraites ont de nouveau instauré un droit de visite, celui-ci est très encadré, avec des masques, des visières de protection ou même des parois entre le résident et le membre de la famille.

Corinne Madurel craint aussi des risques psychologiques. "Si on sort à nouveau nos résidents, ils vont se retrouver derrière une vitre ou un plexiglas, pour voir leurs enfants, leurs familles... et ne pas les toucher ou bien les entendre. Tout ce côté-là peut apporter de la frustration et de l'anxiété pour nos résidents."

Si on sort à nouveau nos résidents,  ils vont se retrouver derrière une vitre ou un plexiglas. Tout ce côté-là peut générer aussi de la frustration et de l’anxiété pour nos résidents."

La directrice des 6 EHPAD Seneos Corinne Madurel justifie l'interdiction du droit de visite aux familles

Pour compenser l'absence de lien réel avec les familles, les six EHPAD Seneos utilisent depuis le début du confinement des appels par téléphone ou par visio-conférence, ou une correspondance avec des cartes postales.

Et si l'éloignement est vécu comme un déchirement pour de nombreux résidents, certaines familles sont aussi rassurées de savoir leurs proches en sécurité. Dominique comprend par exemple le fait de ne pas pouvoir aller voir sa mère, qui réside depuis 2016 à l'EHPAD de Moreuil. "ça ne sert à rien de tenter le diable et de ramener les microbes, le virus. Pour sa sécurité, je préfère m'abstenir de voir ma mère maintenant pour la voir plus tard, en pleine forme !"

Dominique pense d'abord à la santé de sa mère en EHPAD : "ça ne sert à rien de tenter le diable et de ramener le virus !"

Précision importante, les familles des patients en fin de vie peuvent toujours venir dans ces maisons de retraite. Pour les autres visites, elles sont donc interdites jusqu'au 11 mai prochain et le potentiel début du déconfinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess