Santé – Sciences

Son médicament contre le cancer déremboursé, elle lance une cagnotte sur internet

Par François Madeuf, France Bleu Gard Lozère et France Bleu mercredi 12 avril 2017 à 19:22

Leslie a bonne mine malgré son cancer, grâce à l'Avastin... mais son médicament n'est plus remboursé !
Leslie a bonne mine malgré son cancer, grâce à l'Avastin... mais son médicament n'est plus remboursé ! © Radio France - François MADEUF

Une maman de 40 ans de Vauvert (Gard) a lancé une cagnotte sur internet pour financer son traitement contre le cancer. Le médicament qu'elle prend n'est plus remboursé par la sécurité sociale, et pourtant il marche ! Sa cagnotte cartonne, avec plus de 32 000 euros récoltés.

Comment survivre au cancer quand le traitement miracle n'est plus remboursé ? C'est la question que Leslie, une Camarguaise de 40 ans s'est posée lorsque la CPAM lui a annoncé que l'Avastin, son nouveau traitement, qui faisait des merveilles sur sa maladie, elle devrait se le payer elle-même.

La Sécu juge son "service médical rendu insuffisant". Bref, il ne serait pas assez efficace d'après les pouvoirs publics. Pourtant, il a changé la vie de Leslie. Fini la lourde chimiothérapie, la chute des cheveux, les nausées, le teint pâle et les cernes sous les yeux : "J'ai pu reprendre rapidement une vie presque normale : ma santé allait mieux, j'avais de l’énergie, j'ai pu reprendre mon travail, et mon fils de 13 ans a retrouvé une maman."

Une cagnotte qui dépasse ses attentes

Sans possibilité de remboursement de la CPAM, le médecin de Leslie lui conseille de lancer une cagnotte sur internet, sur le site lacagnottedesproches.fr. Et c'est un franc succès. Après une semaine, elle a déjà récolté plus de 32.000 euros. De quoi continuer son traitement pendant un an et demi !

Leslie et son médecin, le docteur Jean-Loup Mouysset, luttent à présent pour que ces médicament, qui ont prouvé leur efficacité, soit de nouveau remboursés. "On propose que ce soient les médecins qui puissent dire si un traitement est valide, intéressant. Pas un texte de loi écrit dans des bureaux. Pouvoir personnaliser l'approche comme pour Leslie : son traitement, ce n'est pas le traitement standard, mais c'est celui qui lui convient le mieux."

Et pour Leslie, il y a urgence car elle n'est pas la seule dans cette situation. "Si j'obtiens à nouveau des remboursements, espère-t-elle, l'argent de la cagnotte pourra servir à des dizaines de personnes qui sont dans la même situation que moi."