Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Spray nasal contre le Covid-19 : le groupe Pharma and Beauty ne jette pas l'éponge

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Le groupe Pharma and Beauty va proposer un nouveau protocole aux autorités de santé. Il s'agit de montrer l'efficacité de son spray nasal qui devait être fabriqué à Saulce-sur-Rhône, dans la Drôme.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Alexandre Berthaud

Ce spray nasal ne permet pas de guérir le Covid-19, ni d'atténuer les symptômes. Le principe de ce spray, c'est de projeter dans le nez de l'eau ionisée, légèrement basique, qui détruit en partie le virus dans les postillons par exemple. C'est l'une des voies de contamination les plus courantes. Voilà la théorie. En pratique, les autorités sanitaires ont estimé que le laboratoire n'avait pas prouvé l'efficacité de ce produit et a donc refusé sa mise sur le marché.  

De l'eau ionisée pour détruire le virus

Malgré cette décision, il n'y a pas de déception chez Laurent Dodet, le PDG du groupe Pharma and Beauty. "Il est normal que les autorités sanitaires exercent leur contrôle" explique-t-il. Le PDG ajoute que ça ne changera rien, en terme d'emploi, pour le site de Saulce-sur-Rhône, qui devait théoriquement produire le spray nasal. Ce site, racheté en 2017, est passé de 50 à 90 salariés en quatre ans.

Un nouveau protocole de test sur l'homme

Pharma and Beauty va donc présenter aux autorités de santé un nouveau protocole pour une série de tests sur l'homme afin de prouver l'efficacité du produit. "Si ça convient, on pourra lancer ce teste clinique de grande envergure [...] Ensuite, on aura des données claires sur l'efficacité de cette formule" détaille Laurent Dodet. En cas d'acceptation, ce spray nasal serait un geste barrière supplémentaire dans la lutte contre la pandémie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess