Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Strasbourg : sur décision de justice, il n'est plus obligatoire de porter un masque dans l'hyper-centre

Il n’est plus obligatoire de porter un masque dans les rues du centre-ville de Strasbourg, dès ce lundi 25 mai. Le tribunal administratif a suspendu l'arrêté municipal.

Le port du masque était obligatoire dans l'hyper-centre de Strasbourg.
Le port du masque était obligatoire dans l'hyper-centre de Strasbourg. © Maxppp - Franck DELHOMME

Le tribunal administratif de Strasbourg a suspendu ce lundi 25 mai l'arrêté municipal qui rendait obligatoire le port du masque dans le centre-ville de Strasbourg. Il n’est donc plus obligatoire de porter un masque dès ce lundi dans les rues du centre-ville de Strasbourg ni sur les quais.

Le recours était engagé par six personnes, dont quatre avocats. Le tribunal a estimé que l'arrêté "porte une atteinte à la vie privée des personnes appelées à se déplacer dans la Grande-Ile, les ponts et les voies adjacentes". Selon les juges, il n'y a pas d''intérêt public" à maintenir cet arrêté, notamment parce que "les urgences hospitalières dans la commune, à la date de l'arrêté ne sont plus en tension liée au coronavirus".

Ce n'est pas après la guerre qu'on prend des mesures pour se battre contre un ennemi invisible" - l'un des avocats 

L'un des quatre avocats, Nicolas Fady, se dit ''satisfait". Pour lui, "on a été beaucoup trop loin et c'était beaucoup trop tard puisqu'on aurait pu imposer les masques en mars ou en avril. Mais on nous a dit qu'il n'y avait pas de masques donc on ne pouvait pas les imposer. Résultat des courses : quand il y en a, après le 11 mai, on les impose à la population alors que la crise est derrière nous très largement. Ce n'est pas après la guerre qu'on prend des mesures pour se battre contre un ennemi invisible"

Le maire de Strasbourg, Roland Ries avait pris l'arrêté rendant obligatoire le port du masque dans l'hypercentre, de 10 heures à 20 heures pour les adultes et les enfants à partir de 11 ans. Une amende de 38 euros était prévue pour les contrevenants. 

Dans un communiqué, Roland Ries "prend acte" de la décision du tribunal administratif, soulignant que "la réussite de la sortie du confinement passe pourtant par le respect de l’ensemble des gestes barrières." Le maire explique avoir pris cet arrêté dans un souci "de sensibilisation et de pédagogie" et ajoute maintenir _"de façon très déterminée ses recommandations à l’égard des Strasbourgeois"_, c'est-à-dire le port du masque dans l'espace public en cas d'affluence. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu