Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Sûreté nucléaire : l'état des centrales normandes est globalement satisfaisant selon l'ASN

Selon le rapport annuel de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le niveau de sûreté reste globalement satisfaisant en Normandie. Ces résultats se basent sur les 203 contrôles et inspections effectués en 2018 dans la région. Parmi les établissements contrôlés : Penly, Paluel (76) et la Hague (50).

La centrale nucléaire de Penly (76)
La centrale nucléaire de Penly (76) © Maxppp - FRED DOUCHET

Normandie, France

203 contrôles ont été effectués par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en 2018.  Selon son rapport annuel, le niveau de sûreté reste globalement satisfaisant en Normandie. Parmi les établissements contrôlés : Penly, Paluel (76) et la Hague (50).

Les installations nucléaires de Paluel et Penly en Seine-Maritime (76)

Le site de Paluel

La centrale nucléaire de Paluel est exploitée par EDF et est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression. Elle a été mise en service entre 1984 et 1986.

21 inspections ont été effectuées en 2018 par l'ASN sur le site de Paluel. Les opérations de réparation - du réacteur 2 - sur les équipements impactés par la chute du générateur de vapeur en 2016 ont été réalisées et sont satisfaisantes assure l'autorité. 

Des améliorations sont attendues par l'Autorité de sureté nucléaire sur la prise en compte de l'évolution de la corrosion sur les équipements situés à l'extérieur des bâtiments. En clair, il s'agit de s'avoir si ces tuyauteries peuvent tenir. Autre point à revoir : les accès en zones contrôlées et la maîtrise du risque de contamination pendant les arrêts de réacteur. 

Le site de Penly

La centrale nucléaire de Penly est exploitée par EDF et est constituée de deux réacteurs à eau sous pression. Elle a été mise en service entre 1990 et 1992.

A Penly, 17 contrôles ont été effectués l'an passé. Les performances de cette centrale sont globalement satisfaisantes mais des améliorations sont également attendues au niveau de la préparation des activités de conduite. 

L'ASN considère que les efforts menés en 2018 au titre du management de la sûreté doivent être poursuivis, notamment concernant la gestion des écarts de conformité*.

Satisfaction de l'ASN également concernant la protection de l'environnement et l'organisation de la gestion des rejets et des déchets. 

Le bilan des usines de la Hague dans la Manche (50)

Les usines de La Hague sont destinées au traitement des assemblages de combustibles irradiés dans les réacteurs nucléaires. Le site est exploité par Orano Cycle.

Les usines de retraitement de la Hague - Radio France
Les usines de retraitement de la Hague © Radio France - Alexandre Chassignon

Le bilan de l'activité sur le site de la Hague est assez satisfaisant pour ce qui concerne la sûreté nucléaire et globalement satisfaisant en ce qui concerne la radioprotection et la protection de l'environnement. 62 inspections ont été réalisées en 2018 à la Hague.

Certaines améliorations sont attendues sur deux points. Au cours de différentes inspections, des insuffisances ont été mis en avant concernant des contrôles périodiques. Certains n'ont pas été réalisés. L'ASN demande a l'exploitant plus de rigueur sur ces tests. L'Autorité a également relevé des difficultés à démontrer la bonne formation des intervenants en charge de ces contrôles. 

Deuxième point : la sous traitance doit se faire avec un bon niveau de qualité. Il doit y avoir une bonne surveillance de ces sous-traitants ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Cela doit se traduire par des contrôles et une stratégie de surveillance qui reste à améliorer. 

* Écart de conformité : regroupe l'ensemble des écarts par rapport au référentiel de sûreté en vigueur dans l'installation nucléaire considérée. (Source : lexique ASN).

Evolution du dispositif autour des centrales nucléaires

En France, le rayon du Plan Particulier d'Intervention (PPI) a été étendu de 10 à 20km. Cette extension vise à organiser au mieux la réponse des pouvoirs publics ainsi qu'à sensibiliser et préparer la population à réagir en cas d'alerte nucléaire. Cette extension concerne, en France, 2,2 millions de personnes. 

Si vous faites parti de cette nouvelle aire, vous avez dû recevoir un courrier pour vous annoncer cette inclusion depuis le 3 juin dernier. A partir de septembre prochain, un bon vous sera envoyé pour retirer vos comprimés d'iode.