Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Tabac : la région Île-de-France est celle où l'on fume le moins, en France métropolitaine

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

1,9 millions de Franciliens fument tous les jours, soit 22,1% de la population de la région : c'est moins que la moyenne nationale, c'est même le pourcentage le plus bas en France métropolitaine.

Un Francilien sur quatre et une Francilienne sur cinq fument tous les jours.
Un Francilien sur quatre et une Francilienne sur cinq fument tous les jours. © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

Île-de-France, France

La région Ile-de-France est celle où l'on fume le moins, en France métropolitaine ! C'est le résultat du Baromètre de Santé Publique France, qui s'appuie sur des données récoltées en 2017.

Près de deux millions de fumeurs quotidiens

1,9 millions de personnes fument tous les jours, en Île-de-France : cela représente un Francilien sur quatre, et une Francilienne sur cinq.  

En tout, 22,1% des habitants de la région sont des fumeurs quotidiens, contre 26,9% en moyenne en France.

Moins de fumeuses, mais plus de cancers des poumons

Un résultat encourageant, surtout lorsqu'on observe la forte baisse du nombre de fumeurs dans la région entre 2016 et 2017 : 5 points de moins, hommes et femmes confondus. 

Il reste un point noir : le nombre de cancers des poumons est plus élevé chez les Franciliennes que chez les femmes des autres régions. 19,4% des femmes d’île-de-France sont touchées, contre 17,9% dans le reste de la France. Probablement la cause d'un tabagisme entamé dans les années 60-70, et qui est resté ancré, notamment chez les Parisiennes.