Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Téléthon : des chercheurs sortent de leur laboratoire pour rencontrer des élèves

mercredi 29 novembre 2017 à 5:08 Par Mélodie Pépin, France Bleu Paris et France Bleu

Pour la 5e année, le Téléthon organise l'opération "1000 chercheurs dans les écoles" jusqu'au 1er décembre. Des scientifiques vont à la rencontre des élèves partout en France pour expliquer leur métier et faire entrer le monde de la recherche dans les collèges et lycées, comme à Nanterre.

Avant le Téléthon, des chercheurs du laboratoire I-STEM à Evry, vont à la rencontre d'élèves pour raconter leur quotidien et les sensibiliser à la recherche.
Avant le Téléthon, des chercheurs du laboratoire I-STEM à Evry, vont à la rencontre d'élèves pour raconter leur quotidien et les sensibiliser à la recherche. © Maxppp - Marc Demeure

Île-de-France, France

Comment fabrique-t-on un médicament de thérapie génique ? Pour soigner quelles maladies génétiques ? Pendant 50 minutes, le docteur Xavier Nissan, chercheur au laboratoire I-STEM à Evry, explique son métier aux élèves de 1ère S du lycée Joliot Curie de Nanterre. Il participe à l'opération "1000 chercheurs dans les écoles" depuis ses débuts, il y a cinq ans, car il veut montrer aux élèves que la recherche est accessible.

Etre chercheur avec 2/20 en maths au bac, c'est possible !

"Souvent les lycéens ont peur que, parce qu'ils n'ont pas des notes extraordinaires dans toutes les matières, ils ne sont pas destinés à faire de hautes études, ce n'est pas vrai". Et il sait de quoi il parle, lui qui a obtenu la note de 2/20 en mathématiques au baccalauréat, mais 18 en biologie, sa matière préférée. Aujourd'hui, il est fier de pouvoir leur dire "j'ai un doctorat, je suis chercheur, je dirige une équipe de recherche, même si j'étais nul en maths. Vous pouvez y arriver aussi".

Le docteur Xavier Nissan participe à l'opération "1000 chercheurs dans les écoles" pour sensibiliser les élèves à la recherche, au handicap et au Téléthon

Une rencontre qui peut parfois susciter des vocations, mais le principal objectif pour le docteur Xavier Nissan, c'est de pouvoir les "sensibiliser au monde du handicap et au Téléthon" qui se déroule cette année les 8 et 9 décembre. "On a aussi besoin de planter une petite graine dans leur tête pour en faire des citoyens qui soient plus ouverts au partage". En sortant de son laboratoire, Xavier Nissan fait entrer le monde de la recherche dans les collèges et les lycées, pour mettre un peu de concret sur les théories.

Casser l'image caricaturale du chercheur

Du concret, c'est ce que recherchait la professeure de SVT du lycée, à l'origine du projet. "Leur donner un peu plus de perspectives d'avenir" et casser l'image caricaturale du chercheur que les élèves peuvent avoir : "ils ont très souvent l'image du chercheur en blouse blanche dans les séries". "

Et quoi de plus concret que de parler formation, métier et salaires aussi : 1500 euros pour un technicien de laboratoire, 2500 euros pour un chercheur et un ingénieur en début de carrière. Le chercheur Xavier Nissan leur donne toutes les options possibles pour intégrer un laboratoire, des études les plus courtes aux plus longues. A la fin de la rencontre, Ayoub, est rassuré et sait désormais quel parcours suivre. Il sera _"ingénieur-chimiste". A_vec 9/20 en maths, il se dit qu'il a toutes ses chances, reste plus qu'à tout miser sur la chimie.

Cette année encore, 1000 interventions de chercheurs sont prévues. Près de 200 000 élèves ont ainsi pu discuter, questionner, et échanger avec des chercheurs depuis 5 ans.