Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Téléthon : une nouvelle étape déterminante au Généthon, le grand pôle de recherche d'Evry, en Essonne

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le Généthon, centre d'envergure et de réputation mondial pour ses avancées, basé à Evry (Essonne) a fêté ses 30 ans en septembre 2020. Hasard du calendrier, quelques jours avant le Téléthon, il a obtenu l'autorisation de mettre en pratique un nouveau traitement auprès de jeunes enfants.

Le Généthon rassemble 220 professionnels, dont 180 experts scientifiques de la recherche, développement, et innovation dans le domaine de la thérapie génique
Le Généthon rassemble 220 professionnels, dont 180 experts scientifiques de la recherche, développement, et innovation dans le domaine de la thérapie génique © Radio France - Cyril Entzmann / AFM-Téléthon

C’est une nouvelle étape importante que s’apprête à vivre les chercheurs du Généthon. L’Agence française du médicament (ANSM) a donné l’autorisation de démarrer un essai clinique pour un produit de thérapie génique conçu dans ce pôle de recherche innovante. Un essai destiné à guérir les enfants victimes de la myopathie Duchenne, maladie emblématique du Téléthon.

Liée à une anomalie du gène DMD, responsable de la production d'une protéine impliquée dans le soutien de la fibre musculaire, la maladie Duchenne provoque une dégénérescence progressive de l'ensemble des muscles de l'organisme. Elle concerne 2.500 enfants en France, des garçons dans 99,9% des cas. Les enfants perdent peu à peu l’usage de la marche. Le diaphragme est également touché et les empêche de respirer, ainsi que le cœur. La durée de vie de ces enfants était de 15 à 20 ans. 

"Depuis quelques années, une prise en charge leur permet de vivre un peu plus longtemps, mais il n’y a pas encore de traitement ni de guérison pour cette maladie. Peut-être que le nouvel essai clinique autorisé par l’ANSM va changer la donne", espère Frédéric Revah, directeur général du Généthon.

Anne Galy, directrice de recherche, entourée de ses collaborateurs, au Généthon, à Evry
Anne Galy, directrice de recherche, entourée de ses collaborateurs, au Généthon, à Evry © Radio France - Christophe Hargoues / AFM-Téléthon

Le Généthon, un laboratoire en ébullition depuis 30 ans

Le Généthon a été créé en 1990, trois ans après le Téléthon, grâce aux dons, afin de mettre au point des traitements pour les maladies génétiques rares. "Il a fallu comprendre au départ l’origine de ces maladies, c’est-à-dire participer au déchiffrage du génome humain" explique Frédéric Revah, et c’est dans ce site de recherche unique au monde qu’ont été établies les premières cartes du génome humain, entre 1992 et 1996, "une avancée importante dans le domaine de la génétique qui a permis d’accélérer la découverte de gènes responsables des maladies rares".

Le passage à la recherche thérapeutique, la formation des médicaments, a constitué la deuxième étape, à partir de 1997, au travers de la thérapie génique : le fait d’utiliser des gènes comme médicament. "Nous avons été pionniers dans ce domaine, précise le directeur général du Généthon. Les enfants atteints d’une maladie génétique ont une mutation dans un gène bien spécifique qui sert au fonctionnement du muscle, des nerfs, de la rétine… selon les maladies. Notre objectif est d’apporter une copie fonctionnelle de ce gène muté chez les enfants. Comment ? En couplant ce gène crée, ce morceau d’ADN, à un transporteur, que nous créons aussi en laboratoire, car les gènes ne rentrent pas spontanément dans les cellules".

Un défi à l’époque, car beaucoup estimaient que cette approche était trop compliquée. Frédéric Revah reconnait que ces médicaments sont complexes à concevoir et à produire. Et pourtant, les chercheurs du Généthon ont a réussi à fabriquer un médicament pour l’amyotrophie spinale de type 1, maladie qui condamne les enfants à une durée de vie de deux ans maximum. Considérée comme incurable il y a encore deux à trois ans, elle est désormais mieux maitrisée depuis l’arrivée de ce médicament, conçu ici, à Evry : trente enfants ont déjà été traités en France et des centaines à travers le monde.

Actuellement, d’autres médicaments sont en cours de développement, notamment pour traiter la myopathie myotubularine. _"Un nouveau traitement permet de rendre la force aux enfants_, des enfants qui ne peuvent pas bouger, qui ne peuvent pas marcher, se redresser, qui ne peuvent pas parler non plus, car ils n’ont pas la force de faire bouger leurs cordes vocales, et qui ont besoin d’une assistance respiratoire 24 heures sur 24. _Actuellement, ce sont vingt-trois enfants dans le monde qui suivent actuellement un traitement avec ce médicament"_explique le directeur du site de recherche.

Faire un don au téléthon

En savoir plus sur le généthon

Frédéric Revah, directeur général du généthon, à Evry
Frédéric Revah, directeur général du généthon, à Evry © Radio France - Franck Beloncle / AFM-Téléthon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess