Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

TEMOIGNAGE - Au temps du coronavirus, ce Mayennais, atteint de mucoviscidose, se dit très vulnérable

-
Par , France Bleu Mayenne

Ce week-end, se déroulent les traditionnelles Virades de l'Espoir. L’occasion de sensibiliser à la lutte contre la mucoviscidose, maladie génétique rare qui touche les voies respiratoires et le système digestif. Reportage d'Emma Fachetti.

Virades de l'espoir (Illustration)
Virades de l'espoir (Illustration) © Maxppp - PELAEZ Julio

A cause des restrictions sanitaires, la majorité des animations a été annulée en Mayenne. Quelques-unes ont résisté afin de récolter des fonds à Meslay-du-Maine, Landivy, Changé, Gorron par exemple. 

Avec le port du masque, tout se complique, Freddy, atteint de mucoviscidose

Les Virades de l’Espoir représentent la grande journée nationale de lutte contre la mucoviscidose . Un événement festif, convivial et solidaire. Tout le monde peut participer librement à une Virade pour donner symboliquement son souffle. Grâce à la générosité du public, près de 120 millions d’euros depuis 35 ans ont été récoltés, permettant ainsi d’accompagner les patients et leurs familles, de financer des programmes de recherche et de soutenir les Centres de Ressources et de Compétences sur la Mucoviscidose.

Au temps du coronavirus, les patients, atteints de cette maladie, sont très vulnérables. C'est ce que confie, à France Bleu Mayenne, cet habitant d'Evron : "avant l'arrivée du virus, ce n'était pas simple. Mais là c'est encore plus compliqué. Je me sens confiné par peur d'attraper je ne sais pas trop quoi. J'ai une insuffisance respiratoire et avec le port du masque tout se complique, ça fait un filtre sur le nez, sur la bouche. Toute activité est d'autant plus impactée à l'effort. Je télé-travaille exclusivement. Faire les courses, aller dans les magasins, je limite le plus possible ou je renonce. Ma vie se résume à être le plus possible à la maison et recevoir les amis très très proches avec toutes les mesures de précaution, distanciation physique, masque". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess