Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

TÉMOIGNAGE - Catherine, en rémission après un cancer du sein: "Je dis aux femmes, faîtes le dépistage"

vendredi 28 octobre 2016 à 20:19 Par Stéphanie Perenon et France Bleu, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Catherine avait 50 ans quand on lui a découvert un cancer du sein. Six ans plus tard, la maladie est derrière elle. En rémission, elle a tourné une page mais participe chaque année aux actions d'Octobre rose pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein.

Octobre rose: une campagne pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein
Octobre rose: une campagne pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

Catherine, habite la région dijonnaise. Elle avait 50 ans quand on lui a découvert un cancer du sein. C'était en 2011, six ans plus tard, la maladie est derrière elle. En rémission, elle a tourné une page mais participe chaque année aux actions d'Octobre rose pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein.

Je dis aux femmes, faîtes vous dépister !

-Catherine, en rémission après un cancer du sein

Car dans son cas et malgré des mammographies régulières depuis l'âge de quarante ans, c'est au cours de ce dépistage systématique proposé aux femmes à partir de cinquante ans , qu'une petite tumeur a été détectée . Elle s'en souvient encore très bien mais n'a jamais baisser les bras . Malgré un traitement parfois difficile, elle ne garde aucun mauvais souvenir, tout ça c'est du passé dit elle.

Bien sûr Catherine reste suivie, deux fois par an pour des contrôles au Centre Georges-François-Leclerc à Dijon, mais ça ne l'empêche jamais de participer à Octobre rose car pour elle c'est "bien d'en parler, au moins une fois dans l'année, il faut que les gens s'investissent."