Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - Coronavirus : Elle souffre des symptômes du "Covid long" depuis des mois

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Comme de nombreux patients, Marie, habitante de Bagnères-de-Bigorre vit avec le "Covid long" depuis plus d'un an. Pertes d'équilibre, troubles musculaires et du sommeil, elle peine à trouver des réponses à ces maux.

Marie a passé de nombreux examens médicaux, sans obtenir de réponse à ses maux.
Marie a passé de nombreux examens médicaux, sans obtenir de réponse à ses maux. © Maxppp - Cedric JACQUOT

En février dernier, l'OMS lançait un appel pour que les malades mystérieusement affectés par le "Covid long" soient entendus. À cette date, Marie, 45 ans souffrait déjà depuis de longs mois. C'est en mars 2020 qu'elle ressent d'abord les symptômes classiques du Covid 19. "Ce qui m'a le plus alertée, c'est vraiment les problèmes au niveau du goût. J'avais l'impression d'avoir une mine de crayon dans la bouche en permanence avec ce gout métallique et ferreux". 

Trois semaines plus tard d'autres symptômes apparaissent. "Mon corps a manifesté des choses un peu étranges" explique-t-elle. Des pertes d'équilibres inexpliquées au point de devoir marcher à quatre pattes. "Même me tenir à un mur n'était pas suffisant."

Là, on se demande vraiment ce qui se passe.

Marie explique avoir eu beaucoup de mal à se faire entendre par son médecin traitant. Il ne lui a proposé comme traitement que du paracétamol, des anti-inflammatoires et même des anxiolytiques. "C'était _une façon de gentiment me dire que j'étais folle_." Aujourd'hui la colère est retombée. Marie est plus fataliste et reconnait que les médecins, comme les malades, apprennent en marchant. Plus d'un an après le début de sa maladie et après de nombreux examens sans résultat, Marie s'est tournée vers de la kiné et de l'acupuncture pour trouver un peu de soulagement. 

Le témoignage de Marie, habitante de Bagnères-de-Bigorre

Marie sait aussi désormais qu'il y a beaucoup d'autres malades dans son cas. "Vu le nombre de personnes, c'est rassurant.  J'ai bien eu quelque chose. J'ai encore quelques chose. Je ne sais pas quand, mais il y a bien un moment où on va trouver ce que c'est !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess