Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

TÉMOIGNAGE - "Le Covid-19 a fait le yoyo avec mon corps", raconte la championne cycliste Betty Kals

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

Huit ascensions du Mont Ventoux en 24 heures. C’est le record du monde établi par Betty Kals en 2015. Aujourd’hui, la championne cycliste est confinée à Bédoin dans le Vaucluse. À 37 ans, elle vient de guérir du Covid-19. Elle raconte à France Bleu comment elle a traversé cette épreuve.

La championne cycliste Betty Kals, détentrice du record du nombre d'ascensions du Ventoux en 24h, a vaincu le coronavirus après un mois de calvaire
La championne cycliste Betty Kals, détentrice du record du nombre d'ascensions du Ventoux en 24h, a vaincu le coronavirus après un mois de calvaire - © Betty Kals

"J'ai déclenché les premiers symptômes il y a environ quatre semaines en arrivant dans la région du Ventoux que j'ai retrouvée après avoir passé quelques jours à Alpe d'Huez." Lorsqu'elle raconte sa descente aux enfers, la championne cycliste Betty Kals, connue pour son record du nombre d'ascensions du Ventoux en 24 heures, a encore une voix fatiguée et parfois du mal à trouver ses mots. Depuis la mi-mars, elle est confinée toute seule chez elle à Bédoin, près de Carpentras.

"J'ai eu des migraines pendant 14 jours, à me taper la tête contre les murs."

"J'ai commencé à avoir les mains sèches, à ressentir de la fièvre, des courbatures, un état migraineux important pendant 14 jours, 24h/24. J'avais juste envie de me taper la tête contre les murs", se souvient Betty Kals. "J'ai eu de grosses douleurs aux reins au point d'avoir du mal à marcher, ça a commencé à m'inquiéter". 

C'est à ce moment-là que son médecin lui prescrit une prise de sang et un test urinaire pour exclure une éventuelle infection urinaire. "Le même jour, j'ai été dépistée au Covid-19. Quarante-huit heures après, mes résultats me confirmaient mon infection"

"Le Covid m'est tombé dessus et a voulu me faire déguster un peu plus."

Betty Kals pensait avoir déjà eu les principaux symptôme du coronavirus, mais ce n'était pas terminé. "J'ai été prises par de violentes diarrhées pendant cinq jours consécutifs, ça a été extrêmement difficile. Je me suis sentie vidée et déshydratée." Il faut dire qu'en septembre dernier, la championne cycliste a été hospitalisé pour un infarctus intestinal. Elle a donc eu une période de convalescence et venait de reprendre les entraînements. "Le Covid m'est tombé dessus et a voulu me faire déguster un peu plus". 

Le week-end de Pâques, elle rechute : "J'ai eu très peur"

Après 21 jours de combat contre la maladie, Betty Kals a l'impression d'être sortie d'affaire. Elle retrouve la forme quelques jours. Mais le week-end de Pâques, elle rechute. "J'avoue que là, j'ai eu peur. J'ai eu une sensation de perte d’oxygène, de tachycardie, et de coups de poignards dans les poumons. Je n'avais jamais ressenti ça avant.

Un mois après les premiers symptômes, la championne cycliste se sent mieux. "Le Covid-19 fait le yoyo avec mon état de santé, donc je reste vigilante. Mais je suis convaincue d'être guérie." Betty Kals est persuadée que son mental de sportive l'a aidé à traverser cette épreuve. "Je me suis projetée sur mes objectifs. C'est une façon mentale de positiver."

"Le confinement a été très difficile et je me suis sentie encore plus isolée en étant porteuse du virus."

Même si elle le coronavirus lui a fait vivre un enfer, elle estime avoir eu "beaucoup de chance au regard de tous ceux dont les symptômes sont beaucoup plus graves". Elle raconte que "en tant que sportive, sans pouvoir pratiquer le vélo et rencontrer du monde, le confinement a été très difficile et je me suis sentie encore plus isolée en étant porteuse du virus. Je pense que les personnes porteuses du virus ne doivent pas être stigmatisées, ni subir l'opprobre du peuple". 

Aujourd'hui, Betty Kals espère pouvoir remonter rapidement sur son vélo et retrouver les pentes du Ventoux qu'elle aime tant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess