Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

"Sans le don du sang, je ne serais pas là" : témoignage d'un geste qui sauve, même à la mi-août

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

La semaine du 15 août est la semaine de tous les dangers pour l'Etablissement Français du sang, les donneurs se font rares, alors que les besoins eux existent toute l'année. Rencontre avec Clémence, une jeune-femme qui a été soignée, voire sauvée, grâce aux dons.

Don du sang, illustration
Don du sang, illustration © Radio France - Nicolas Blanzat

Côte-d'Or, France

Même pendant les vacances, il ne faut pas oublier de donner son sang. Le jour férié du 15 août prive l'Etablissement Français du Sang de 600 dons en moyenne et cela s'avère compliqué de maintenir les réserves de sang à niveau. La meilleure chose pour comprendre, c'est d'écouter celles et ceux qui ont été transfusés, comme Clémence, atteinte d'une leucémie dans son enfance

Un simple don peut faire beaucoup

Clémence est une dijonnaise qui s'est sortie d'une leucémie grâce aux transfusions. Diagnostiquée de cette maladie à six ans, les traitements ont duré neuf mois : chimiothérapie, mais aussi plaquettes et transfusions qui ont mené à une guérison totale. Aujourd'hui elle a 20 ans, est étudiante dans une école de management hôtelier et s'apprête à entrer en troisième année. 

"Sans le don du sang, je ne serais pas là à l'heure qu'il est, ça c'est une évidence." - Clémence

Elle nous a appelés depuis son lieu de stage, un hôtel trois étoiles à Deauville (Normandie). Treize ans après sa maladie elle le dit, le don du sang lui a sauvé la vie : "En partie oui, car les médicaments c'est bien pratique mais le sang, pour le coup, c'est indispensable. Les transfusions ça a été tout au long du traitement, du début jusqu'à la fin : des transfusions de sang, plaquettes, de plasma. Donc oui, sans le don du sang, je ne serais pas là à l'heure qu'il est, ça c'est une évidence."

"Des gens qui sont dans le besoin, il y en a en permanence" : Clémence

Encore aujourd'hui, elle est reconnaissante envers ses donneurs : "De par l'anonymat, on ne saura jamais d'où cela vient mais peu importe, tout comme il y a une reconnaissance envers les médecins qui m'ont établi ces traitements, il y a une reconnaissance envers les donneurs pour ces dons qui sont indispensables et irremplaçables pour ce genre de maladie."

En raison de ses antécédents, Clémence ne peut pas donner son sang, à son grand regret. Mais avec son expérience, elle pousse de nombreuses personnes à passer le pas.

Clémence a eu une leucémie à l'âge de 7 ans, aujourd'hui elle est complètement guérie  - Radio France
Clémence a eu une leucémie à l'âge de 7 ans, aujourd'hui elle est complètement guérie © Radio France - Stéphane Parry

La maison du don de Dijon s’anime et propose aux dijonnais une semaine sur le thème des saveurs de l’orient. En plus de la Maison du don ouverte du lundi au samedi, des collectes mobiles sont organisées à Talant, Longvic, Précy sous Thil, Longecourt et Saint Jean de Losne cette semaine.