Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Testés positifs à la Covid-19, des soignants du CHU de Nantes continuent de travailler

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Depuis le début de l'épidémie, des soignants du CHU de Nantes continuent de venir travailler, même s'ils ont été testés positifs à la Covid-19. C'est autorisé par le Haut conseil de santé publique.

Au service réanimation du CHU de Nantes, onze soignants sont venu travailler alors qu'ils avaient été testés positifs.
Au service réanimation du CHU de Nantes, onze soignants sont venu travailler alors qu'ils avaient été testés positifs. © Maxppp - Franck Dubray

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, des soignants du CHU de Nantes ont continué à travailler même s'ils avaient été testés positifs. Onze personnes sont concernées en réanimation et il y a aussi des cas aux urgences et au samu. Ça peut surprendre, mais c'est un cas de figure qui a été validé par le Haut conseil de santé publique.

La sécurité sociale dit aujourd'hui que si vous êtes contact, si vous êtes positif, vous devez être isolés. Nous, c'est tout le contraire !

Pour autant, ça inquiète de plus en plus le personnel soignant. C'est ce qu'Olivier Terrien, le secrétaire général CGT du CHU de Nantes, a confié à France Inter : "ces professionnels qui travaillent autour de ces soignants testés positifs nous ont interpellés pour faire valoir leur droit de retrait. La sécurité sociale dit aujourd'hui que si vous êtes contact, si vous êtes positif, vous devez être isolés. Nous, c'est tout le contraire ! La pierre est vraiment à lancer à l'administration. Si elle lançait des recrutements, ça permettrait d'écarter les professionnels qui sont testés positifs et de pouvoir les remplacer". Plusieurs médecins de l'hôpital se disent aujourd'hui inquiets pour leurs conditions de travail, pour leur santé et celles de leurs proches.

Compte-tenu de toute l'attention que l'on porte aux mesures barrières, à la protection des soignants de nos équipes et à la protection de nos malades, il n'y a franchement pas de raison d'être inquiet

En revanche, Jean Reignier, le chef du service réanimation, se veut rassurant. Il parle d'une situation exceptionnelle : "Dans nos services, il y a un vrai impératif de continuité des soins et, effectivement, s'ils se sentent très bien, s'ils vont très bien, s'ils le souhaitent, ils peuvent venir travailler. Compte-tenu de toute l'attention que l'on porte aux mesures barrières, à la protection des soignants de nos équipes et à la protection de nos malades, il n'y a franchement pas de raison d'être inquiet".

Le CHU de Nantes assure que, jusqu'à présent, aucun patient pris en charge à Nantes n'a été contaminé au coronavirus au sein de l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess