Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Bretagne : une ruée vers les tests avant le réveillon du Nouvel An ?

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Pendant la semaine avant Noël, près de 119 000 bretons se sont fait tester, un record. A deux jours d'un nouveau réveillon, est-ce encore la ruée vers les tests ? Nous sommes allés poser la question dans un centre de dépistage situé dans les Côtes d'Armor.

Centre de dépistage Covid à Plérin dans les Côtes d'Armor
Centre de dépistage Covid à Plérin dans les Côtes d'Armor © Radio France - Johan Moison

"On pensait que la demande allait diminuer mais il y a quand même du monde à vouloir se faire tester entre les fêtes", explique le Docteur Le Bihan, biologiste au laboratoire d'analyses médicales Cerballiance de Plérin, dans les Côtes d'Armor.

On est environ à 50 % d'activité en plus par rapport à début décembre, on était à plus 100 % avant Noël. Dr Le Bihan, biologiste.

Katia, 23 ans, patiente dans la petite file d'attente, devant les deux "bungalows Covid" installés juste à côté du laboratoire. "J'ai prévu de passer le réveillon avec six copines", explique la jeune femme. "La fille qui organise la soirée préfère qu'on se fasse toutes tester. Nous allons être enfermées dans une pièce, alors, pour fêter ça bien et pour pouvoir peut-être enlever les masques, c'est mieux".

"Moi, je viens pour être sûre de ne pas avoir le Covid avant de passer le Nouvel An car je serai avec des personnes à risque", glisse Kaitlin, 21 ans. "On sera sept ou huit je crois".

Des tests pour se rassurer

"L'augmentation du nombre de demandes, ce sont des asymptomatiques qui veulent se faire dépister pour se rassurer avant de voir leurs familles, des amis ou des proches en Ehpad", confirme le Docteur Le Bihan. Et parmi cette catégorie, le nombre de cas positifs reste faible. "Sur la semaine de Noël, on était autour de 1,5% de tests positifs alors que nous étions encore à 10, 15% fin novembre".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess