Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tests Covid 19 : "aucun intérêt à rendre des résultats au bout de sept jours" s'agace un biologiste

-
Par , France Bleu Paris

En Ile-de-France, plus de 220 000 tests ont été réalisés la semaine dernière Les laboratoires n'arrivent plus à suivre la cadence. Et il faut parfois une semaine pour avoir les résultats. Une "aberration" selon le patron des biologistes dans la région.

Les délais d'attente pour avoir le résultat d'un test PCR vont jusqu'à une semaine en Ile-de-France
Les délais d'attente pour avoir le résultat d'un test PCR vont jusqu'à une semaine en Ile-de-France © Radio France - Benjamin Fontaine

Pour passer un test PCR de dépistage du Covid-19, il faut s'armer de patience. Faire la queue de longues heures ou attendre plusieurs jours pour avoir un rendez-vous. Et encore plusieurs jours pour avoir les résultats. Jusqu'à une semaine. Une situation ubuesque, dénonce Jean-Claude Azoulay, le président de l'Union régionale des professionnels de santé des biologistes en Ile-de-France.

"C'est un peu une aberration de rendre des résultats qui ont six ou sept jours. En tant que médecin, je considère que ça n'a aucun intérêt clinique", assène le biologiste. La situation n'est pourtant pas rare en Ile-de-France. Si certains laboratoire arrivent à rendre les tests dans un délai raisonnable de 24 à 48 heures, beaucoup souffrent du retard accumulé. "Le problème, c'est que la demande continue à croître plus vite que nos capacités"

Laisser tomber les tests trop anciens

Pour résorber le retard accumulé, le biologiste prône une solution radicale : ne pas analyser les tests qui ont plus de quatre jours et se concentrer désormais sur les prélèvements du jour même ou de la veille, en ciblant les publics prioritaires. "Il faut que les pouvoirs publics nous aident et prennent des décisions fortes", insiste Jean-Claude Azoulay.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi une "doctrine de priorisation des tests" à l'attention des possesseurs de prescription médicale, des personnes symptomatiques, des cas contacts, des soignants et des aides à domicile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess