Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les kinés des Pyrénées-Orientales "un peu pris de court" par les tests PCR

-
Par , France Bleu Roussillon

Pour venir en aide à des laboratoires souvent débordés, les kinés sont désormais autorisés à pratiquer des tests PCR. Mais tout n’est pas encore tout à fait prêt.

Les kinés devront suivre une formation pour réaliser les tests PCR
Les kinés devront suivre une formation pour réaliser les tests PCR © Maxppp - Thierry GACHON

L’arrêté a été publié au Journal Officiel mercredi : les masseurs-kinésithérapeutes peuvent désormais réaliser, s'ils le souhaitent, les prélèvement pour les tests PCR du Covid-19. Cette autorisation était en réalité réclamée depuis des mois par la profession. "On s’est manifesté dès la fin du confinement explique sur France Bleu Roussillon Sébastien Guérard, kiné à Saint-Nazaire et président de la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR). "On rencontre près d’un million de patients tous les jours. On est très bien placés pour repérer des personnes qui pourraient avoir des symptômes car on applique déjà des mesures drastiques dans nos cabinets."

"L’objectif n’est pas du tout d’élargir notre patientèle, explique Sébastien Guérard. Aujourd’hui on souffrirait même d’un afflux trop important de patients dans nos cabinets. L’idée c’est vraiment de pouvoir participer à l’effort collectif aux côtés des autres professionnels de santé, notamment les biologistes qui sont totalement submergés. Or, il faut être le plus réactif possible."

1.100 kinés libéraux dans les Pyrénées-Orientales

Néanmoins, il faudra sans doute attendre quelques jours avant de pouvoir se faire dépister chez son kiné. "On a appris la nouvelle comme tout le monde au moment de la publication au Journal Officiel. On est un peu pris de court et on a pas encore eu le temps de s'organiser. Il faut que les kinés se rapprochent des laboratoires pour suivre la formation obligatoire et qu’on s’entende avec eux sur les modalités de prélèvement ainsi que sur l’approvisionnement en matériel". Les dépistages pourront s’effectuer dans les cabinets ou à domicile mais les kinés volontaires pourront également aider directement dans les centres de prélèvements si le besoin s’en fait sentir.

On compte aujourd’hui près de 1.100 kinésithérapeutes libéraux dans le département des Pyrénées-Orientales. "Je suis persuadé que la plupart d’entre aux seront volontaires pour réaliser ces prélèvements, assure le président de la FFMKR. Nous sommes une des professions qui s’est le plus impliquée dans la crise du Covid."

Reste à savoir si le matériel de prélèvement sera en nombre suffisant. "Aujourd’hui, il y a une pénurie sur les kits de dépistage. On peut quand même espérer  que l’approvisionnement en produits réactifs se fasse rapidement. Il faudra alors que l’ensemble des professionnels soit prêt." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess