Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : reprise en douceur ce lundi pour la station thermale de Royat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Les curistes sont de retour, ce lundi, à Royat, près de Clermont-Ferrand. La station puydômoise est la première en Auvergne à rouvrir ses thermes, fermés depuis le 17 mars dernier, pour cause de coronavirus.

Le parc thermal de Royat
Le parc thermal de Royat © Radio France - Dominique Manent

La parenthèse, qui a duré plus de trois mois, se referme à Royat. La station thermale accueille à nouveau des curistes à partir de ce lundi 29 juin. Ils sont une centaine, alors qu'ils sont près de 800, chaque jour, en temps normal. Certains ont annulé leurs réservations, d'autres les ont reportées à 2021. Globalement, cette année, les effectifs devraient être diminués de moitié : 4 000 curistes au lieu des 8 000 habituellement pris en charge pour des pathologies cardio-artérielles ou de la rhumatologie. Quant aux conditions d'accueil, elles ont été revues dans un souci de protection sanitaire.

Un protocole strict

La profession, en lien avec la Direction générale de la santé, a élaboré un protocole destiné à protéger les curistes et les personnels des thermes. Dominique Ferrandon, directeur des thermes de Royat, évoque deux étapes. 

Avant leur arrivée, les curistes sont invités à consulter leur médecin traitant, puis le médecin thermal qui validera, ou pas, leur entrée en cure. 

Une fois sur place, ils devront respecter les consignes : le port du masque, l'utilisation de gel hydroalcoolique (63 distributeurs ont été installés un peu partout dans les thermes), les sens de circulation indiqués par des flèches jaunes au sol. "Ce qu'on nous demande aussi de faire, c'est un peu plus que ce qu'on fait d"habitude : désinfection des services, désinfection des zones de contact, mais ce sont des choses qu'on fait très bien dans les établissements thermaux. Nous, ça fait 20 ans qu'on chasse la bactérie un peu partout !".

Une signalétique pour indiquer les sens de circulation
Une signalétique pour indiquer les sens de circulation © Radio France - Dominique Manent

En ce qui concerne les soins, pas de changement, à quelques exceptions près, souligne Dominique Ferrandon : "Il y a un soin qu'on a supprimé, c'est le BDSM, le bain avec douche sous-marine, car il y a une vraie proximité entre le curiste et l'hydrothérapeute. Et on a fermé la buvette thermale pour éviter qu'il y ait trop de monde dans le hall Eugénie".

Karen Giraud, responsable commerciale, et Dominique Ferrandon, directeur des thermes de Royat
Karen Giraud, responsable commerciale, et Dominique Ferrandon, directeur des thermes de Royat © Radio France - Dominique Manent

Moins de curistes, moins de personnels 

Les thermes de Royat fonctionnent avec 24 permanents et une bonne centaine de saisonniers. Cette année, ils seront moins nombreux. Karen Giraud, responsable commerciale aux thermes, parle de 25 saisonniers sur le pont ce lundi matin. Une équipe réduite donc, mais très au fait des consignes en vigueur dans l'établissement. Au fil du temps, l'équipe devrait s'étoffer et l'organisation du temps de travail évoluer : "Les thermes ont une activité plutôt matinale, entre 7 heures et midi. D'ici le mois d'octobre, et même dés septembre, on pense pouvoir travailler aussi de 14 heures à 17 heures. On va étaler notre activité". Enfin, la station prolonge sa saison jusqu'au 28 novembre.

Une crise sanitaire coûteuse

La mise en place du protocole sanitaire coûterait environ 200 000 euros à la station. Plus largement, la fermeture des thermes a entraîné un déficit de près d'un million et demi d'euros. Dans un premier temps, c'est la mairie de Royat qui assume, en attendant le transfert de l'établissement au privé. Un exploitant doit prendre la relève en janvier prochain.

Les thermes de Royat
Les thermes de Royat © Radio France - Dominique Manent
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu