Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Tiangong-1 : la station spatiale chinoise s'écrase dans le Pacifique

lundi 2 avril 2018 à 9:27 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après plusieurs jours d'incertitude, la station spatiale chinoise Tiangong-1 s'est désintégrée, lundi, en plein vol, au-dessus du Pacifique. Elle est retombée sur Terre, au terme de deux années d'évolution incontrôlée en orbite.

La station spatiale chinoise s'est finalement écrasée dans le Pacifique
La station spatiale chinoise s'est finalement écrasée dans le Pacifique © Maxppp - Wang Sijiang Xinhua News Agency/Newscom

Tiangong-1, la station spatiale chinoise en perdition a fini sa course sur la Terre. Elle est tombée dans le Pacifique sud dans la nuit du dimanche au lundi 2 avril. "La plupart des équipements ont été détruits lors de la phase de rentrée dans l'atmosphère", a annoncé le CMSEO, le bureau chinois chargé de la conception des vols spatiaux habités. 

"Pas de dégâts"

Compte tenu du point de chute, la station "n'a pas provoqué de dégâts en tombant" selon l'astronome Jonathan McDowell, du Centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian, aux Etats-Unis. Avant de s'écraser, l'engin spatial a survolé la Corée du Nord et le Japon où il faisait déjà jour. Pékin avait promis un spectacle "splendide", semblable à une pluie de météorites, mais peu de chances que quiconque y ait assisté. 

La station spatiale, qui pesait huit tonnes et demie et mesurait un peu plus de 10 mètres de long, servait de laboratoire depuis 2011. Elleétait hors de contrôle depuis 2016.  

La Chine a investi des milliards d'euros dans la conquête spatiale pour tenter de rattraper l'Europe et les États-Unis. Le pays ambitionne d'envoyer un vaisseau spatial autour de Mars vers 2020, avant de déployer un véhicule téléguidé sur la planète rouge. Pékin souhaite aussi déployer d'ici 2022 une station spatiale habitée, au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner. Un autre laboratoire, Tiangong-2, a été lancé à cet effet en septembre 2016.