Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tiques : signaler les piqûres pour faire avancer la recherche à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

L'Inrae de Nancy est à la pointe de la recherche sur les tiques. L'institut vient de lancer une nouvelle version de son application de signalement des piqûres. L'objectif : améliorer la prévention et faire avancer la recherche.

Plus de 20.000 tiques ont déjà été envoyées au laboratoire nancéien
Plus de 20.000 tiques ont déjà été envoyées au laboratoire nancéien © Maxppp - KEYSTONE/MAXPPP

Le printemps est la saison préférée des tiques. Prudence donc lors de vos balades dans les herbes hautes : ces petites bêtes, potentiellement porteuses de bactéries (dont celle qui transmet la maladie de lyme) et de parasites, prolifèrent ces temps-ci et risquent de trouver votre sang à leur goût. Pour établir une cartographie précise des piqûres, l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) de Nancy, vient de lancer une nouvelle version de son application "Signalement tique".  Vous pouvez, en quelques clics, y enregistrer vos piqûres et bénéficier d'un suivi médical et de conseils de prévention. 

"Cela nous permet de mieux comprendre qui, où et comment on peut se faire piquer pour améliorer la prévention", explique Pascale Frey-Klett, l'une des créatrice de l'application. Depuis son lancement en 2017, plus de 12.000 personnes l'ont utilisée. Le laboratoire appelle également les utilisateurs à leur envoyer les insectes piqueurs. La "tiquothèque" de Nancy compte déjà plus de 20.000 spécimens dont 1.500 déjà analysés

De nouvelles informations liées au confinement

Selon la directrice de recherche de l'Inrae, le confinement a permit de mettre en lumière de nouvelles données. On sait désormais qu'un tiers des piqûres a lieu, non pas en forêt, mais à proximité des lieux de vie, notamment dans les jardins des particuliers. Alors comment éviter de mauvaises surprises? "Il faut aménager son jardin de façon à éviter d'avoir des herbes hautes à proximité de la maison", conseille Pascale Frey-Klett. En forêt, privilégier les vêtements couvrants, surtout sur le bas du corps car les tiques vivent au sol et grimpent par les pieds. Et tant pis pour le style, n'hésitez pas à remonter vos chaussettes au dessus de votre pantalon ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu